Oscars 2012

La joie de l'équipe du film «The Artist» après sa consécration aux Oscars

L'équipe du film «The Artist» après la remise des Oscars. De g. à dr.,Thomas Langmann, Jean Dujardin, Michel Hazanavicius, James Cromwell, Bérénice Bejo, Penelope Ann Miller, Missy Pyle et le chien Uggie.
L'équipe du film «The Artist» après la remise des Oscars. De g. à dr.,Thomas Langmann, Jean Dujardin, Michel Hazanavicius, James Cromwell, Bérénice Bejo, Penelope Ann Miller, Missy Pyle et le chien Uggie. REUTERS/Mike Blake

The Artist était le favori de cette 84e cérémonie des Oscars à Hollywood. Il repart ce 27 février avec cinq récompenses dont les plus prestigieuses : meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur acteur. Du jamais vu pour un film d'origine française. Après la cérémonie, l’équipe du film qui vient de conquérir l'Amérique est allée célébrer -très joyeusement- sa victoire dans un hôtel de Sunset boulevard. « J'ai eu l'impression de sortir de mon corps », s'est amusé Jean Dujardin.

Publicité

Avec notre correspondante à Los Angeles, Anne Verdaguer

Premières impressions, après la remise des Oscars

La fête organisée par le producteur américain Harvey Weinstein, bat déjà son plein depuis quelques heures dans un hôtel de Sunset boulevard. Tout le monde attend l’arrivée de l’équipe du film The Artist, qui est le grand gagnant de la soirée, quand le producteur Thomas Langman arrive avec la statuette du meilleur film à la main, il semble lui même ne pas y croire : « J'ai l'air un peu fatigué, mais on est au-delà de la fatigue. Je n'ai plus de mots. Je commence à n'avoir plus de voix. On est super heureux ! »

Jean Dujardin qui est le premier acteur français à remporter un Oscar parle du moment où il a entendu son nom prononcé après l’ouverture de l’enveloppe : « J'ai senti un "truc" qui ne m'est jamais arrivé... j'ai eu l'impression de sortir de mon corps. Je ne suis pas mystique. Mais j'ai eu 3 secondes. J'ai vu [George] Clooney, sur la gauche, qui m'a fait un petit clin d'oeil, un petit check, un petit  : "à toi de jouer !" Là, c'est bon, je peux m'arrêter là... Je dois avoir une très bonne étoile qui scintille en permanence ».

C’est en tout cas du jamais vu pour un film non anglo-saxon à Hollywood. Depuis sa sortie en novembre dernier, le film a conquis le cœur des spectateurs, et aujourd’hui, on peut dire aussi qu’il a conquis l’Amérique.


Le financement de The Artist (9 millions d'euros d'après les agences) a été difficile à trouver: « Un peu compliqué » même, avoue Emmanuel Montamat, directeur général de La Petite Reine aux Echos. Cette société de production a été épaulée par Studio 37 (Orange) et France 3 Cinéma qui sont les coproducteurs. Enfin, Canal + et Warner (le distributeur) ont aussi participé au financement du long métrage...

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail