Médias / Liberté de la presse

L’Erythrée, le pays où la presse est la plus censurée

Le président érythréen Isais Afeworki.
Le président érythréen Isais Afeworki. Scott Peterson/Liaison

L'Erythrée a dépassé la Corée du Nord pour devenir le pays au monde où la presse est la plus censurée, tandis que la Syrie et l'Iran se placent respectivement troisième et quatrième, selon le dernier rapport du Comité pour la protection des journalistes (CPJ) diffusé ce mercredi 2 mai.

Publicité

L'association non gouvernementale dont le siège est à New York précise que l'Erythrée est arrivée à la première place de cette liste après la décision des autorités du pays d'interdire tous les médias étrangers et de contrôler étroitement la presse locale par le biais d'un ministère de l'information.

« A chaque fois (qu'un journaliste) a dû écrire un article, (les autorités) fixent les thèmes des interviews et vous disent quels sont les angles spécifiques que vous devez traiter », témoigne un journaliste érythréen sous condition d'anonymat.

« Nous avons l'habitude d'écrire beaucoup à propos du président (Issaias Afeworki) pour qu'il reste sous la lumière des projecteurs », ajoute-t-il. La Corée du Nord passe de la première à la deuxième place, le CPJ remarquant que « de petites fissures sont apparues » dans le pays, telle que l'ouverture dans la capitale d'un bureau de l'agence de presse américaine Associated Press.

La Syrie a accentué les restrictions pesant sur la presse depuis la répression de la révolte populaire demandant le renversement du régime, passant en un an de la neuvième à la troisième place de ce classement. « En interdisant à la presse internationale d'entrer et de rapporter librement ce qui s'y passe et en attaquant ses propres journalistes, la Syrie a cherché à imposé un rideau noir sur une révolte qui dure depuis un an », écrit le CPJ.

Dans le même temps, l'Iran s'est appuyé sur un alliage « de nouvelles technologies permettant de bloquer le web et de techniques brutales comme l'emprisonnement de journalistes pour contrôler le flot de l'information et notamment tout ce qui concerne son programme nucléaire ».

Pour dresser ce classement, le CPJ s'appuie sur 15 critères comme le contrôle du web, l'absence de médias privés, les restrictions sur les déplacements de journalistes, etc.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail