Accéder au contenu principal
Culture

L’adieu à Alain Resnais

Après les obsèques d’Alain Resnais à l’église Saint-Vincent-de-Paul à Paris, lundi 10 mars 2014.
Après les obsèques d’Alain Resnais à l’église Saint-Vincent-de-Paul à Paris, lundi 10 mars 2014. Reuters/Charles Platiau

L'un des plus grands cinéastes français a disparu le 1er mars à l'âge de 91 ans. Les obsèques de l'auteur d'Hiroshima mon amour ont eu lieu ce lundi 10 mars à l'église Saint-Vincent-de-Paul, à Paris, en présence du Premier ministre français.

Publicité

Porté par ses acteurs fétiches, le cercueil blanc d'Alain Resnais entre dans l'église au son de la musique de ses films. Un grand portrait dessiné du cinéaste, cheveux blancs sur fond rouge, flotte au-dessus du chœur, hommage à ce grand amateur de bande dessinée.

De Costa-Gavras à Denis Podalydès et Anne Consigny, toutes les générations du cinéma français sont là, une fleur blanche à la main, selon le vœu de Sabine Azéma. La veuve d'Alain Resnais a choisi les textes de la cérémonie, dont une lettre de Saint Paul aux Corinthiens, lue par André Dussolier.

Une cérémonie parfois aussi empreinte de gaieté, quand sont projetés des extraits de films qu'Alain Resnais admirait, comme Laurel et Hardy. Une cérémonie à l'image d'Alain Resnais, déclare Pierre Arditi, un autre de ses acteurs fétiches. Le dernier film d'Alain Resnais Aimer, boire et chanter est projeté ce soir en avant-première à Paris. Celui sur lequel il travaillait s'appelait fort à propos Arrivée départ.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.