Culture

Festival d’Avignon 2014: des créations de cinq continents

Olivier Py lors de la présentation à Paris de la 68e édition du Festival d'Avignon qui se déroulera entre le 4 et le 27 juillet 2014.
Olivier Py lors de la présentation à Paris de la 68e édition du Festival d'Avignon qui se déroulera entre le 4 et le 27 juillet 2014. Siegfried Forster / RFI

Une édition habillée jaune comme le soleil, dotée d’un mot d’ordre sibyllin: «Tout ce qui nous dépasse». Voilà ce qui a promis ce 21 mars le nouveau directeur Olivier Py pour la 68e édition du Festival d’Avignon. Le plus important rendez-vous théâtral en Europe aura lieu du 4 au 27 juillet, avec des artistes de 17 pays et pour la première fois de tous les cinq continents.

Publicité

Jean noir, chemise bleue, veste et cravate noires, l’habit fait l’homme chez Olivier Py : un mélange de très sérieux et décontracté. Lors de la présentation du programme à Paris, l’homme de théâtre qui présentera trois de ses créations lors du festival est un personnage qui semble être dévoré par l’ambition de tout faire tout bien, à fond et toujours assorti d’un bon mot. A 48 ans, il donne l’impression d’avoir tout réussi jusqu’ici. Le Festival d’Avignon est un enjeu à sa hauteur comme le fait d’être le premier artiste de diriger l’événement après Jean Vilar.

L'axe Nord-Sud

Pendant deux heures, Olivier Py a dévoilé le fil conducteur de sa nouvelle formule qui balaye avec une seule phrase le concept de l’artiste associé des derniers dix ans : « Tous les artistes sont associés ». Il a souligné l’importance de l’axe Nord-Sud : « une de mes constances », mais aussi de faire « l’international en quartier », en clair : l’Italien Giorgio Barberio Corsetti qui fera l’ouverture dans la Cour d’honneur du Palais des papes avec Le Prince de Hombourg de Kleist, travaillera aussi avec les quartiers sensibles d’Avignon.

Py se permet aussi un clin d’œil artistique à son premier Festival d’Avignon en 1985 quand il avait été ébloui par la pièce marathon du Mahabharata de Peter Brook. En 2014, il accueille dans la même Carrière de Boulbon un épisode du Mahabharata mis en scène par le Japonais Satoshi Miyagi en 1 heure et 45 minutes. Pas du théâtre traditionnel, mais avec une dissociation de la voix et du corps. Le Chilien Marco Layera s’attaquera au mythe d’Allende dans « La Imaginacion del futuro » et le chorégraphe Lemi Ponifasio d’Auckland s’interroge sur le fait d’être un être humain dans I Am. 25 artistes seront pour la première fois sur les scènes du Festival dont « la moitié n’a pas encore 35 ans », rappelle Olivier Py.

L'Afrique à nouveau très présente

Après une édition 2013 largement consacrée à la création en Afrique, le continent ne sera pourtant pas oublié cette année : Hassan el Geretly & El Warsha du Caire donneront une création théâtrale très musicale avec Haeeshek… pour parler de l’Égypte d’aujourd’hui à travers les événements du janvier et février 2011. Le magicien du théâtre dansé belge, Alain Platel, sera présent avec des musiciens de Kinshasa pour un concert-spectacle nommé Coup Fatal ainsi que le plasticien congolais Freddy Bienvenu Tsimba. La Sud-Africaine Robyn Orlin parlera d’un grand tabou en Afrique : le corps qui souffre. L’auteur togolais Gustave Akakpo intriguera le jeune public avec Même les chevaliers tombent dans l’oubli. L’histoire d’une petite fille blanche qui rêve d’être un chevalier noir. Et RFI sera à nouveau présente pour accompagner un cycle de lectures sous le signe d’Afrique.

L’ambition d’Olivier Py pour l’édition 2014 ? « On ne vient pas à Avignon uniquement pour voir des spectacles, mais pour que l’horloge de notre conscience politique marche plus exacte après ! » 

Découvrir le programme du Festival d’Avignon 2014

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail