Accéder au contenu principal
Culture

Les libraires et le livre de Valérie Trierweiler

Merci pour ce moment, le livre de Valérie Trierweiler exposé dans une librairie parisienne.
Merci pour ce moment, le livre de Valérie Trierweiler exposé dans une librairie parisienne. REUTERS/Charles Platiau
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Des libraires disent « non merci » au livre de Valérie Trierweiler, en rupture de stock dans l'Hexagone depuis vendredi soir. Le mouvement de protestation de ces professionnels est certes très marginal, mais il a beaucoup fait parler de lui.

Publicité

 

Tiré par les éditions Les Arènes à 200 000 exemplaires et très vite en rupture de stock, il y a quelques libraires, agacés par la médiatisation, qui ont refusé de vendre le livre de Valérie Trierweiler, Merci pour ce moment. Ce mardi 9 septembre, le Syndicat de la librairie française (SLF) tient à rappeler que « rien n'est plus éloigné des libraires que la censure, fut-elle commerciale ».

« Désolé, nous n’avons plus le livre de Valérie Trierweiler, mais il nous reste des ouvrages de Balzac, Dumas et Maupassant ». Voilà le type de message qu’on pouvait lire le week-end dernier sur la devanture de certains libraires, visiblement agacés par le succès du livre de l’ex-première dame. Des affichettes prises en photo par des clients qui ont ensuite beaucoup amusé les réseaux sociaux et alimenté la polémique autour de l’ouvrage. Mais, en réalité, les libraires qui voient d’un mauvais œil un tel phénomène éditorial restent très minoritaires.

« Vous savez, les libraires sont quand même dans une situation compliquée, remarque Gilles Goyet, le responsable de la librairie Le Tumulte des mots à Paris. On a des marges tendues, des chiffres d’affaires qui ne sont pas forcément toujours au rendez-vous. Donc je trouve cela salutaire pour une libraire d’avoir un ouvrage qui se vend. Beaucoup de clients habitués ont acheté ce livre, mais aussi des clients que je n’avais jamais vus en librairie. Quand ils ont acheté le livre de Valérie Trierweiler, eh bien, ils ont aussi acheté autre chose, parce que c’était aussi à moi à leur dire qu’il y a une très belle rentrée littéraire cette année et qu’il y avait aussi autre chose beaucoup plus intéressant à acheter. »

Pourquoi alors certains libraires se rebellent-ils contre le livre de Valérie Trierweiler ? « Pas pour des raisons éthiques », avance l’un d’entre eux, mais tout simplement parce que ces mécontents n’aurait pas reçu suffisamment exemplaires de l’ouvrage tant convoité.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.