Etats-Unis

La suite de «Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur», livre de l’été

«Go Set a Watchman», suite du célèbre «Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur», un grand classique de la littérature américaine, est sorti le 14 juillet aux Etats-Unis.
«Go Set a Watchman», suite du célèbre «Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur», un grand classique de la littérature américaine, est sorti le 14 juillet aux Etats-Unis. REUTERS/Neil Hall
Texte par : Jean-Louis Pourtet
5 mn

« Go Set a Watchman », dont le titre français est « Va et poste une sentinelle », une citation de la Bible, est l’événement littéraire de l’été aux Etats-Unis. A peine sorti le 14 juillet, le livre, suite du célèbre « Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur » (« To Kill a Mockingbird », prix Pulitzer en 1961), est déjà un énorme succès de librairie. Harper Lee, son auteure célébrissime, avait longtemps affirmé qu'elle n'écrirait plus aucun livre après son « best-seller ». Mais celui-là, elle l'avait écrit avant.

Publicité

De notre correspondant à Washington,

Va et poste une sentinelle est signé d’une auteure célèbre, Harper Lee, qui avait écrit en 1960 un classique de la littérature américaine, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, porté plus tard à l’écran avec Gregory Peck dans le rôle du personnage principal, l’avocat d’une petite ville du sud, Atticus Finch. Quand le bruit a couru au début de l’année qu’un autre livre de Lee Harper, écrit plus tôt que son « best-seller », avait été découvert, cela a créé un immense intérêt. Cela a même fait le « buzz ».

D’autant plus qu’il y a eu une polémique autour de Lee Harper, qui a maintenant 89 ans, ne voit et n’entend pratiquement plus et qui, selon sa sœur décédée l’an dernier, n’aurait pas souhaité que ce premier roman soit publié. Alors, son éditeur a-t-il profité de son grand âge pour l’influencer contre sa volonté ? Un tribunal de son Etat, l’Alabama, a conclu qu’il n’y avait eu aucune coercition. Selon son avocat, Harper Lee est même très heureuse qu’il soit publié.

Très grand classique de la littérature américaine, «Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur» est l'objet d'une véritable ferveur aux Etats-Unis. A Monroeville, en Alabama, les lecteurs passionnés visitent les lieux qui ont inspiré Harper Lee.
Très grand classique de la littérature américaine, «Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur» est l'objet d'une véritable ferveur aux Etats-Unis. A Monroeville, en Alabama, les lecteurs passionnés visitent les lieux qui ont inspiré Harper Lee. REUTERS/Michael Spooneybarger

Un manuscrit écrit antérieurement

Va et poste une sentinelle a donc été écrit avant Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur. Et pourtant, l’action se situe 20 ans après les événements racontés dans le second roman. A l’origine, Harper Lee avait prévu d’écrire une trilogie. Mais quand elle a soumis Va et poste une sentinelle, son éditeur lui a recommandé de le réécrire en racontant l’histoire du point de vue de la fille d’Atticus Finch, Jean Louise, qui avait pour surnom Scout et qui était alors très jeune.

Dans Va et poste une sentinelle, Scout ne voit plus son père avec la même admiration que dans Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur. Le mépris remplace l’adoration. Scout a maintenant 26 ans. Elle habite New York, et lorsqu’elle revient dans sa petite ville de l’Alabama, elle découvre que son père, dépeint dans le premier roman comme un avocat courageux qui, dans le sud raciste des années 1930, avait accepté de défendre un Noir accusé à tort d’avoir violé une femme blanche, s’avère être 20 ans plus tard un sympathisant des suprémacistes blancs.

Atticus Finch, le héros, n'est plus

Le père de Scout assiste désormais régulièrement aux réunions des suprémacistes avec son collaborateur Henry Clinton, qui veut épouser Scout. Cette dernière retournera à New York profondément déçue, mais en restant tout de même attachée au sud de son enfance. La déception de Scout doit ainsi être partagée par les lecteurs, qui ont grandi en idéalisant Atticus Finch comme un héros de la lutte contre la ségrégation.

Dans le livre, Scout déclare qu’elle n’aime pas voir son monde perturbé sans en être avertie à l’avance. Le lecteur est prévenu, il va perdre lui aussi ses illusions sur Atticus Finch. Sur Twitter, nombreux sont d’ailleurs ceux qui disent refuser de lire ce nouveau roman. Et pourtant, en dépit de critiques qui vont du charitable au vitriolique, Go Set a Watchman a déjà battu tous les records de vente en librairie, dépassant même la trilogie érotique Cinquante nuances de Grey. Ce sera le roman de l’été.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail