Accéder au contenu principal
Théâtre

Au Théâtre du peuple, «Lady First» ou la chronique d'une Première dame au front

Les comédiens Anne-Claire (à gauche), Sinan Bertrand (assise) et Bernard Bloch, lors de la première de «Lady First», au Théâtre du peuple de Bussang, le 3 août 2016.
Les comédiens Anne-Claire (à gauche), Sinan Bertrand (assise) et Bernard Bloch, lors de la première de «Lady First», au Théâtre du peuple de Bussang, le 3 août 2016. Comedians, Anne-Claire (L), Sinan Bertrand (2nd L) and Bernard B
Texte par : RFI Suivre
3 mn

A l'occasion des Estivales du Théâtre du peuple à Bussang, dans l'est de la France, la dramaturge franco-turque Sedef Ecer présente sa pièce Lady First. Les dernières heures d'une Première dame qui tente de contenir les mouvements du peuple avant la révolution.

Publicité

Dans une contrée caricaturale du Moyen-Orient, la révolution se prépare mais le dictateur reste introuvable. On se tourne alors vers sa femme pour présenter une émission télévisée menée par une mystérieuse journaliste, un chef de cabinet despotique et un transsexuel, styliste et astrologue de la Première dame.

Pour Anne-Claire, son interprète, derrière cet aspect caricatural, Lady First apporte une réflexion profonde sur la portée des révolutions. « Il y a plusieurs tons, je trouve, dans la pièce, explique la comédienne. Il y a cette grande partie burlesque au centre, où cette femme est montrée un petit peu dans tous ses caprices, son goût pour l’argent, son aveuglement sur ce qui se passe autour d’elle. Après, il y a un autre ton où elle parle de la révolution en général : est-ce que ça fait changer les choses ? Quand on regarde ce qu’il s’est passé dans l’histoire actuelle, qu’est-ce qui s’est passé quand il y a eu des révolutions ? »

« On découvre ce monde de la dictature »

Dans le vieux théâtre en bois, des écrans sont positionnés sur la scène. Ils dévoilent successivement des tweets appelant à la révolution puis des personnages préenregistrés. Vincent Goethals, metteur en scène de cette pièce écrite par Sedef Ecer, et directeur du Théâtre du peuple, choisit d’inclure ce format pour mieux saisir l’intensité de l’évènement.

« Tous les ministres sont interrogés par Skype et finalement, avec des costumes complètement insensés, on découvre ce monde de la dictature. Ces personnages qui sont presque " farcesques " et ubuesques, ont des vrais moments d’intériorité et des grands monologues, et là d’un seul coup, la vidéo devient plus politique, devient leur langage intérieur », explique le metteur en scène.

Un théâtre politique mêlé à de la poésie entre éclats de rire et véritable remise en question, Lady First est présentée tout le mois d’août au Théâtre du peuple de Bussang, dans les Vosges.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.