Cinéma

«Bridget Jones Baby», un bébé et deux papas

Renée Zellweger (à droite) et Sally Phillips dans « Bridget Jones Baby ».
Renée Zellweger (à droite) et Sally Phillips dans « Bridget Jones Baby ». UNIVERSAL STUDIOS, STUDIOCANAL AND MIRAMAX
2 mn

Bridget Jones, la célibataire maladroite, égérie de toute une génération, est à partir de ce mercredi 5 octobre de retour sur les écrans. Le titre de ce troisième volet réalisé par Sharon Maguire annonce la couleur : « Bridget Jones Baby ». Bridget va donc devenir maman.

Publicité

Revoilà Bridget Jones seule, en pyjama, sur son canapé pour fêter son 43e anniversaire. Pour le plus grand plaisir de ses fans qui depuis 15 ans suivent les espoirs et les déboires sentimentaux de leur héroïne incarnée à l'écran par l'actrice Renée Zellweger. Bridget, c'est l'éternelle célibataire en quête de l'âme sœur.

Brigdet Jones a dynamité les stéréotypes sur les femmes

Le personnage de Bridget Jones a été inventé par la romancière Helen Fielding qui, au début des années 2000, dynamitait bon nombre de stéréotypes associés à la féminité. Buvant comme un trou, obsédée par ses prises de poids, gaffeuse compulsive et employée médiocre, Bridget ne savait ni cuisiner ni discerner les qualités et les défauts des hommes. Par exemple, elle était incapable de choisir entre l'avocat guindé Mark Darcy, incarné par Colin Firth, et le fringant publicitaire et incorrigible séducteur Daniel Cleaver, campé par Hugh Grant.

Un bébé et deux papas

Cette fois Bridget Jones, silhouette amincie et carrière sur les rails, semble contrôler sa vie, jusqu'à l'arrivée d'une grossesse inattendue et embarrassante. Un bébé, deux papas, des quiproquos en pagaille : Bridget Jones version 2016 a conservé son potentiel comique de névrosée, mais va finalement rentrer dans le rang de façon peut-être un peu trop conventionnelle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail