Accéder au contenu principal
Culture

L'écrivain Andreï Makine entre à l'Académie Française

L'écrivain russe, Andreï Makine, dans la bibliothèque de l'Académie Française le jeudi 15 décembre 2016.
L'écrivain russe, Andreï Makine, dans la bibliothèque de l'Académie Française le jeudi 15 décembre 2016. PATRICK KOVARIK / AFP

Elu depuis plusieurs mois, c'est ce jeudi 15 décembre qu'Andreï Makine a fait son entrée officielle à l'Académie Française. Né en Sibérie il y a 59 ans, installé en France depuis 1987, l'auteur du célèbre roman « Le testament français » primé par le Goncourt incarne la francophilie et francophonie qui ne cessent enrichir la langue de Molière.

Publicité

Andréi Makine, grand, élégant, le regard perçant porte avec beaucoup de panache son nouvel habit d'Académicien. Un costume vert comme le veut la tradition, créé sur mesure ici par le styliste italien Giorgio Armani, avec à la ceinture une épée, œuvre du joailler suisse Chopard et au cœur du pommeau de cette arme symbolique : une grenouille incarnation du conte populaire russe « La tsarine grenouille ».

L'écrivain n'a pas oublié ses origines et il a d'emblée commencé son discours avec la francophilie de ses illustres ainés Pierre le Grand et Catherine de Russie.

Après la littérature et les liens si forts entre les écrivains classiques de nos deux pays, après quelques réflexions très fermes sur la politique contemporaine, et un hommage à celle à qui il succède à ce siège numéro 5, Assia Djebar, il a bien sur évoqué la figure de celle qui l'a élevé lui petit orphelin sibérien : sa grand-mère qui lui a inculqué cette passion de la langue française dans laquelle il a écrit tous ses romans et ses essais.

Ce jeudi 15 décembre, c'est cette langue qui l’a remercié en l'accueillant au sein de son écrin : l'Académie française.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.