Accéder au contenu principal
Peinture

Au-delà des étoiles, le musée d'Orsay expose des peintres illuminés

La vague, d'August Strindberg.
La vague, d'August Strindberg. ® Orsay

Avec l'exposition Au-delà des étoiles. Le paysage mystique de Monet à Kandinsky, le musée d’Orsay met en avant le travail sur la lumière de peintres majeurs dans l’histoire de l’art. Des artistes convaincus du pouvoir mystique de la lumière, à en devenir illuminés ? En tout cas suffisamment doués et brillants pour reproduire sur de somptueux tableaux les textures des paysages qui les entouraient.

Publicité

Au XIXe siècle, il n’existait pas d’appareil photographique pour fixer à coups de millions de pixels la lumière crépusculaire, encore moins de filtres Instagram pour faire ressortir les nuances de la luminosité éblouissante d’un soleil à midi. Pourtant les artistes n’ont cessé de s’attacher à reproduire les éclats de lumière qui illuminent les journées ; tout comme les peintres ont toujours été inspirés par cette « sombre clarté qui tombe des étoiles ». À en devenir mystiques ?

Beatrice Avanzi, co-commissaire de l’exposition Au-delà des étoiles. Le paysage mystique de Monet à Kandinsky au musée d’Orsay, explique : « Tout naît de la recherche de la lumière, on commence le parcours de l’exposition à partir de la série de Monet et ses études de lumière qui décrivent de quelle façon l’intensité des couleurs change au cours de la journée. » Elle ajoute : « Ces études de la lumière peuvent être vues comme une métaphore du passage de la vie, une façon de capturer l’existence qui change et qui s’écoule inexorablement. On se retrouve instantanément plongé dans la question de la temporalité, du temps qui passe. » 

Claude Monet Les meules...
Claude Monet Les meules... ® Orsay

« Les paysages deviennent le lieu d’une quête spirituelle »


Il fallait en effet réaliser un bel effort d’imagination et des prouesses techniques pour reproduire sur la toile ces paysages traversés de fugaces instants de lumière. Fallait-il être mystique pour tant s'intéresser aux paysages ? Ou est-ce juste cette lumière changeante habillant la vie de costumes différents tout au long de la journée qui rend l’instant particulièrement onirique ? Dans les remarquables peintures présentées au musée d’Orsay : « les paysages ne sont pas peints de façon naturaliste, comme une représentation du réel, mais ils deviennent le lieu d’une quête spirituelle, d’un questionnement sur la relation de l’homme à la nature », explique Beatrice Avanzi.

Les peintres choisis pour cette exposition semblent comme touchés par une grâce particulière, une inspiration divine. C’est d’ailleurs de là que le mouvement artistique post-impressionniste d'avant-garde nabi, présent dans les salles du musée d’Orsay, tire son nom. Maurice Denis, Paul Sérusier… ces peintres se sont autoproclamés Nabis ce qui peut être traduit par « illuminé » ou bien aussi « celui qui reçoit les paroles de l'au-delà », « l'inspiré de Dieu ». « Le mysticisme touche le religieux, mais aussi les peintres athées. Il nous est apparu rigoureux de montrer des artistes qui ont eu une vraie quête spirituelle comme ceux qui n’en avaient pas vraiment, qui exprimaient juste la force transcendante de la nature. » Le Jardin blanc au crépuscule d’Henri-Eugène Le Sidaner exprime ainsi avant tout une recherche de tranquillité. Le romancier Gabriel Mourey parlait de ce peintre comme d’une « sorte de mystique qui n'a pas la foi.»

Le Jardin blanc au crépuscule d’Henri-Eugène Le Sidaner
Le Jardin blanc au crépuscule d’Henri-Eugène Le Sidaner ® Orsay

Pellizza Da Volpedo Giuseppe, avec le tableau : Le Miroir de la vie : Et ce que fait l'une, les autres le font aussi, semble dans la même quête d’intensité silencieuse.

Pellizza Da Volpedo Giuseppe : Le Miroir de la vie : Et ce que fait l'une, les autres le font aussi,
Pellizza Da Volpedo Giuseppe : Le Miroir de la vie : Et ce que fait l'une, les autres le font aussi, ® Orsay

Une promenade contemplative permettant au spectateur de s’oublier lui-même

À l’origine, Claude Monet a peint des séries de tableaux, représentant le même sujet, mais dans différentes conditions atmosphériques et de lumière. Cette recherche compréhensive de la lumière est devenue vitale pour Claude Monet et s’est transformée en un pivot dans le monde de la peinture. Pour fuir le naturalisme, l’impressionniste en est en quelque sorte devenu abstrait.

Ainsi, explique Beatrice Avanzi : « Kandinsky en regardant le travail de Monet sur les meules de foin a expliqué que même sans reconnaissance du sujet (est-ce bien encore une meule de foin ?) ce type d’œuvre d’art pouvait provoquer des émotions de par la symphonie des couleurs, grâce à sa résonance intérieure… » Ce furent les débuts de la modernité, l’éclosion de l’abstraction, qui surgirent au bout des touches de lumière de Claude Monet. Kandinsky parlera ensuite pour l’abstraction d’une promenade contemplative permettant au spectateur de s’oublier lui-même.

® Orsay

« J’ai un besoin terrible de religion, alors je vais la nuit dehors pour peindre les étoiles… »

Van Gogh quant à lui est comme hanté par les effets de la nuit, qu’il trouve plus beaux encore que ceux du jour. Beatrice Avanzi : « Van Gogh cherche à peindre la lumière de la nuit, celle des étoiles et aussi de la ville. Sa recherche est picturale, mais elle représente aussi sa quête de peintre toujours à la recherche de réponses spirituelles et qui s'interroge face à l’immensité de la voûte céleste. Il dit : j’ai un besoin terrible de religion, alors je vais la nuit dehors pour peindre les étoiles… »

Georgia O'Keefe
Georgia O'Keefe ® Orsay

L’impression laissée par les œuvres exposées au musée d’Orsay est tenace, comme une troublante persistance rétinienne. Il est ainsi difficile de se détacher du rouge des Red Hills -montagnes rouges- de Georgia O’Keeffe. En communication, on parle des neurones miroir qui servent au nouveau-né pour reproduire par mimétisme un sourire qui lui est adressé, on imagine que ces tableaux font office de neurones miroir pour ces peintres absorbés par les lumières des paysages qui les entouraient. Difficile de ne pas être touché.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.