Accéder au contenu principal
RFI-Théâtre / Avignon 2017 / Littérature / Bénin / Belgique

Lecture RFI à Avignon: «Le Décapsuleur» de Laetitia Ajanohun (Bénin/Belgique)

« Le Decapsuleur » de Laetitia Ajanohun, présenté le 18 juillet lors de la 5e édition des lectures RFI « Ça va, ça va le monde ! » au Festival d’Avignon. Ici avec Aminata Abdoulaye dans le Jardin de la rue de Mons.
« Le Decapsuleur » de Laetitia Ajanohun, présenté le 18 juillet lors de la 5e édition des lectures RFI « Ça va, ça va le monde ! » au Festival d’Avignon. Ici avec Aminata Abdoulaye dans le Jardin de la rue de Mons. Pascal Gely / RFI
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Elle a dressé le portrait d'une mégalopole, Kinshasa. Née à Liège, d’une mère belge et médecin et d’un père, béninois d’origine et professeur d’économie, Laetitia Ajanohun vit aujourd’hui à Paris. Ce mardi 18 juillet, à 11h, elle présente au Festival d’Avignon une lecture de son texte « Le Décapsuleur ». Une proposition dans le cadre du cycle « Ça va, ça va le monde ! », organisé par RFI, jusqu’au 20 juillet dans le jardin de la rue Mons. Entrée libre.

Publicité

Le Décapsuleur, un vaudeville à la sauce kinoise ? Non. Plutôt de la débrouille : une chanson à 3 voix qui se boit cul sec, une rumba frénétique dédicacée à ces êtres capables de filouter les lois de la gravité avec une petite histoire dans le fond du gosier. Le Décapsuleur, c’est la tentative de dresser en surimpression le portrait d’une mégalopole insoumise, brute, hystérique, inventive, chaotique, punk, polymorphe, en perpétuel mouvement : Kinshasa. Et de le faire en s’introduisant par effraction dans l’intimité, dans la rythmique de trois casseurs de pierres.

Laetitia Ajanohun a été formée à la comédie en Belgique. Très vite, l’envie, l’urgence d’écrire et de mettre en scène se sont manifestés en elle, tout comme le désir d’arpenter des ailleurs. Elle se met, alors, à élaborer des projets et à jouer dans des créations à Bruxelles ,mais aussi à Montréal, en France, à Berlin, à Cologne et dans différents pays d’Afrique francophone. Elle travaille depuis 4 ans en tant que comédienne, collaboratrice artistique ou metteure en scène dans la compagnie Les Bruits de la Rue dirigée par Dieudonné Niangouna. Elle a édité La Noyée aux éditions l’Harmattan, Les mots sont manouches aux éditions Lansman, La Scène aux ados et Le Décapsuleur aux éditions Passage(s).

MARDI 18 JUILLET à 11h au Festival d’Avignon :
LE DECAPSULEUR, de Laetitia Ajanohun (Belgique/Benin)
Lu par Aminata Abdoulaye, Moanda Daddy Kamono, Israël Tshipamba
et Wilfried Manzanza (Batterie).
Dirigé et mis en scène par Armel Roussel.
Diffusion sur l’antenne de RFI : dimanche 20 août à 12h10.

► Toutes ces lectures au Festival d’Avignon seront ensuite diffusées sur rfi.fr et sur les antennes de RFI tous les dimanches du 30 juillet au 3 septembre 2017. Quand les feux d’Avignon s’éteindront, le festival continuera sur les ondes, pour faire vivre ces théâtres du monde !
 

SAMEDI 15 JUILLET 2017 :
CONVULSIONS, de Hakim Bah (Guinée), Prix Théâtre RFI 2016
Lu par Tom Adjibi, Jessica Fanhan, Vincent Minne, Samuel Padolus, Sophie Sénécaut.
Dirigé et mis en scène par Armel Roussel.
Diffusion sur l’antenne de RFI : dimanche 30 juillet à 12h10.

DIMANCHE 16 JUILLET :
KALAKUTA DREAM, de Koffi Kwahulé (Côte d’Ivoire/France)
Lu par June Benhassam, Thomas Durcudoy, Jérémie Zagba
Dirigé et mis en scène par Armel Roussel.
Diffusion sur l’antenne de RFI : dimanche 6 août à 12h10.

LUNDI 17 JUILLET :
TRAM 83, de Fiston Mwanza Mujila (République démocratique du Congo)
Une proposition du Festival des Francophonies en Limousin.
Adaptation et mise en lecture par Julie Kretzschmar.
Lu par Astrid Bayiha, Christophe Grégoire et Moanda Daddy Kamono.
Diffusion sur l’antenne de RFI : dimanche 13 août à 12h10.

MARDI 18 JUILLET :
LE DECAPSULEUR, de Laetitia Ajanohun (Belgique/Benin)
Lu par Aminata Abdoulaye, Moanda Daddy Kamono, Israël Tshipamba
et Wilfried Manzanza (Batterie).
Dirigé et mis en scène par Armel Roussel.
Diffusion sur l’antenne de RFI : dimanche 20 août à 12h10.

MERCREDI 19 JUILLET :
LES SANS…, d’Ali Kiswensida Ouédraogo (Burkina Faso)
Lu par Noël Minougou, Ali Kiswensida Ouédraogo.
Cette lecture a obtenu le soutien de l’Institut français d’Ouagadougou.
Dirigé et mis en scène par Armel Roussel.
Diffusion sur l’antenne de RFI : dimanche 27 août à 12h10.

JEUDI 20 JUILLET :
LE VENTRE DE L’ATLANTIQUE, de Fatou Diome (Sénégal/France)
Lu par Awa Sene Sarr et Thomas Durcudoy.
Adaptation et mise en lecture : Florence Minder, assistée de Julien Jaillot.
Diffusion sur l’antenne de RFI : dimanche 3 septembre à 12h10.

► En attendant les lectures au Festival d’Avignon, du 15 au 20 juillet 2017, voici le lien pour (re)vivre les lectures des éditions précédentes => Ça va, ça va, le monde !. => http://www.rfi.fr/tag/ca-va-ca-va-le-monde/

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.