Accéder au contenu principal
Festival d’Avignon / Danse / Afrique du Sud

Avignon: «The Last King of Kakfontein», une chorégraphie sud-africaine

«The Last King of Kakfontein», une chorégraphie sud-africaine de Boyzie Cekwana présentée au Festival d'Avignon.
«The Last King of Kakfontein», une chorégraphie sud-africaine de Boyzie Cekwana présentée au Festival d'Avignon. Christophe Raynaud De Lage
Texte par : Muriel Maalouf
2 mn

Cette année le Festival d'Avignon fait un focus sur la scène africaine. Danse, théâtre, musique de tout le continent se croisent dans l'ancienne cité des Papes. Parmi les pièces programmées, celle très attendue du chorégraphe sud-africain Boyzie Cekwana, « The Last King of Kakfontein ».

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Avignon,

Le titre signifie littéralement Le dernier roi de la fontaine à merde, un spectacle engagé de Boyzie Cekwana. Une pièce critique sur la politique actuelle en Afrique du Sud qui pointe l'échec du projet démocratique après l'apartheid.

Jacob Zuma, le président sud-africain, est dans la pièce de Boyzie Cekwana une sorte d'Ubu. Un bouffon dangereux, incapable de gouverner. Sur scène, des pneus jonchent le sol, des pneus avec lesquels jouent les jeunes garçons dans les townships les transformant en décapotables et autres voitures rutilantes grâce à leur imagination.

Le metteur en scène mêle dans sa pièce la performance, le texte et la musique qui prend sa source dans les styles traditionnels du pays. La pièce est cependant présentée à Avignon sans son guitariste principal, hospitalisé d'urgence, d'où peut-être l'impression de fragilité que donne le spectacle où le propos assez ténu manque parfois d'étoffe.

RFI au Festival d’Avignon : les articles, éditions, émissions, photos et vidéos

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.