Accéder au contenu principal
Cinéma

Mort de Bernardo Bertolucci, le «dernier empereur» du cinéma italien

Bernardo Bertolucci a réalisé 18 films entre 1962 et 2012, dont des long-métrages considérées comme des oeuvres majeures du cinéma, comme «Le Dernier empereur» ou «Le Dernier tango à Paris».
Bernardo Bertolucci a réalisé 18 films entre 1962 et 2012, dont des long-métrages considérées comme des oeuvres majeures du cinéma, comme «Le Dernier empereur» ou «Le Dernier tango à Paris». Valerie MACON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Le réalisateur italien Bernardo Bertolucci, auteur notamment du « Dernier empereur » et du « Dernier Tango à Paris », est mort à Rome à l'âge de 77 ans.

Publicité

Bernardo Bertolucci, considéré comme l'un des derniers géants du cinéma, avait remporté l'Oscar du meilleur réalisateur en 1988 pour Le Dernier Empereur. Créateur fécond, il est l’auteur d’une œuvre riche de 18 films qui court de 1962 à 2012.

Bernardo Bertolucci était aussi l'un des rares réalisateurs italiens à avoir beaucoup tourné à l'étranger. A Paris, décor de son dernier film, The dreamers (2003), mais aussi la Chine avec Le Dernier Empereur, l'Afrique avec Un thé au Sahara ou encore le Bhoutan avec Little Buddha. Mais qu’il tourne à Tanger, à Rome ou dans la Cité interdite, ses thèmes restent les mêmes : la solitude, les élans charnels, les jeux de l’amour et de la politique.

Ce n'est pas comme le vin [...], il n'est pas sûr que le passage du temps fasse du bien au film».

Bernardo Bertolucci, cinéaste, lors d'une conférence de presse à Cannes en 2011

Sans concession et transgressif

Ses premiers long-métrages Prima della rivoluzione (1964, prix de la critique à Cannes) ou La Stratégie de l’araignée sont très intellectuels, introspectifs, très référencés. A l’image de son maître Pier Paolo Pasolini, le jeune Bernardo porte un regard sans concession sur son pays et ses intellectuels.

Né le 16 mars 1941 à Parme, cité raffinée du nord de l'Italie, Bernardo Bertolucci a grandi dans un milieu aisé. Il a la révélation du cinéma en voyant La Dolce Vita de Federico Fellini. Son père, poète, professeur d'histoire et critique de cinéma, lui offre sa première caméra 16 mm à 15 ans.

Le scandale du Dernier tango

Bertolucci est aussi celui par qui le scandale et la polémique sont arrivés avec Le Dernier tango à Paris, réalisé en 1972. Véritable légende vivante, Marlon Brando y interprétait un de ses derniers rôles. Une scène de sodomie avait fait scandale et provoqué l'interdiction du film en Italie. L’actrice Maria Schneider, alors âgée de 19 ans, en avait été profondément marquée. Le réalisateur avait raconté par la suite que l'actrice n'avait pas été complètement avertie avant le tournage du contenu de cette scène.

En un film, Bertolucci est devenu l’enfant prodige et sulfureux du cinéma italien. Il va dès lors alterner entre productions monumentales comme 1900 (Novecento), une de ses œuvres majeures qui embrasse près d'un siècle de lutte des classes dans la riche plaine du Pô à travers le destin de deux amis d'enfance, et des films à plus petit budget, sans jamais perdre de son esprit transgressif.

« C'était le dernier empereur du cinéma italien, le seigneur de toutes les fresques et de toutes les frasques. La fête est finie : il faut être deux pour danser le tango », a déclaré lundi Gilles Jabob, ancien président du Festival de Cannes qui avait remis une palme d'honneur à Bertolucci en 2011.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.