Accéder au contenu principal
Grèce / Photographie

Le photographe multiprimé Yannis Behrakis est décédé

Le photographe Yannis Behrakis, ici le 10 octobre 2016 en Normandie.
Le photographe Yannis Behrakis, ici le 10 octobre 2016 en Normandie. Enric Marti/Handout via Reuters
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le photographe grec multiprimé Yannis Behrakis, récompensé pour ses reportages notamment sur les printemps arabes ou la crise des réfugiés, est décédé samedi 2 mars des suites d'un cancer. Il avait 58 ans.

Publicité

Une cape en plastique sur les épaule, un homme marche sur un pont. Il porte dans ses bras sa fille qu’il embrasse avec tendresse alors que la pluie ruisselle sur leurs têtes. Yannis Behrakis a pris cette photo de réfugiés syriens à l’automne 2015, à la frontière gréco-macédonienne, rapporte notre correspondante à Athènes, Charlotte Stievenard.

Dans une interview donnée au quotidien I Kathimerini en 2017, il déclarait qu’il voulait « parler pour ceux qui n’ont pas de voix ». Un parti pris caractéristique de son travail que l’Association grecque pour la presse étrangère résume en expliquant : « Ses images ont forgé la manière même dont nous percevons les évènements, depuis la guerre en Afghanistan ou en Sierra Leone, jusqu’à la crise des réfugiés et les printemps arabes ».

Yannis Behrakis, 58 ans, travaillait pour l'agence Reuters depuis plus de 30 ans. Il avait été lauréat notamment du World Press Photo en 2000 et nommé photographe de l'année en 2015 par le quotidien britannique The Guardian. En 2016, c'est le prix Bayeux-Calvados pour les correspondants de guerre qui l'avait récompensé pour ses photos de réfugiés en mer Egée.

« Je déteste la guerre mais je veux rendre compte des souffrances endurées. Je veux que le spectateur se sente mal à l'aise, averti et peut-être même coupable », expliquait Yannis Behrakis la même année au public du festival de photojournalisme Visa pour l'image. 

→  A LIRE : Trois photographes plongés au coeur de la crise des réfugiés

Le photoreporter dirigeait également une équipe de Reuters qui a remporté le prix Pulitzer en 2016 pour sa couverture de la crise des réfugiés. Yannis Behrakis avait échappé de peu à la mort en Sierra Leone en 2000, dans une embuscade tendue par des tireurs qui avaient tué l'un de ses collègues de l'agence de presse britannique, Kurt Schork, et un caméraman de l'agence AP, Miguel Gil Moreno.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.