Accéder au contenu principal
Théâtre / Festival d’Avignon 2019

Le Festival d’Avignon 2019 promet «le silence de la salle»

Le directeur du Festival d’Avignon, Olivier Py, lors de la présentation de l’édition 2019 à Paris.
Le directeur du Festival d’Avignon, Olivier Py, lors de la présentation de l’édition 2019 à Paris. Siegfried Forster / RFI

« La République des abeilles », « £¥€$ », « Macbeth philosophe », voici quelques titres à l’affiche de l’édition 2019 du plus grand rendez-vous théâtral en Europe. La programmation, dévoilée ce jeudi 28 mars à Paris, propose entre le 4 et le 23 juillet 280 représentations dans la cité des Papes. Entretien avec Olivier Py, directeur du Festival d’Avignon, sur une programmation dédiée aux thèmes de l’exil et des odyssées, d’Homère à Serebrennikov, mais surtout à son public « extrêmement militant » qui « aime se poser des questions » et qui lui a inspiré à définir le phénomène du « silence de la salle ».

Publicité

RFI : Le programme du Festival d’Avignon 2019 sera marqué par les thèmes de l’exil et des odyssées. Quelle est l’idée derrière ?

Olivier Py : L’Odyssée d’Homère est un grand récit qu’il nous a construit à travers l’odyssée ou les odyssées. C’est à la fois le thème de l’exil, du migrant, de la Méditerranée, de la tragédie des migrants en Méditerranée, mais aussi de la construction de l’Europe. Beaucoup d’artistes se demandent ce que c’est d’être Européen aujourd’hui, si cela a encore une valeur. Comment le XXe siècle pèse-t-il encore sur notre présent aujourd’hui ? Et puis, il y a le thème du voyage. Le Festival est international, donc il est un voyage et il est fait de rencontres avec des étrangers. Cela dit cette chose très simple : on ne se construit qu’en dialoguant avec des étrangers.

► À lire aussi : «Être multiple-s», du chorégraphe burkinabè Salia Sanou

Pascal Rambert ouvrira la Cour d’Honneur du Palais des papes avec Architecture, une pièce de théâtre racontant l’histoire douloureuse d’une famille qui ressemble à celle de l’Europe. D’un point de vue théâtral, dans quel état se trouve actuellement la maison européenne ?

Architecture parle d’une famille, d’une famille névrosée, mais cette famille est une métaphore de la famille européenne. En ce moment, l’Europe ne va pas bien. Ce n’est pas un secret. Peut-être il faut se demander d’où elle vient et pourquoi elle est encore nécessaire ou pourquoi est-il encore nécessaire de se battre pour elle aujourd’hui. C’est ce que fait Pascal Rambert dans cette pièce.

Vous invitez aussi un absent : Kirill Serebrennikov, le metteur en scène russe présentera à Avignon Outside, un titre ironique faisant allusion au fait qu’il est toujours assigné à résidence. Serbrennikov était déjà au centre des attentions au Festival de Cannes 2018 avec son film Leto. Il vient de créer, à distance, l’opéra Nabucco à Hambourg. Et maintenant il est censé à créer par assistante interposée, par skype ou par correspondance, cette pièce pour Avignon. Qu’est-ce que nous attend ?

Serebrennikov est toujours assigné à résidence, c’est-à-dire en prison chez lui, dans l’attente du verdict de son procès qui est un procès délirant, puisqu’on l’accuse de détournement de fonds complètement abracadabrant. La vérité est, à mon avis, qu’on l’accuse d’avoir été un dissident. Nous nous étions dit qu’il viendrait au Festival d’Avignon dans cette édition. Son procès est très long, parce qu’il a lieu que certains jours par mois. Pour le Festival d’Avignon, il travaille sur Ren Hang, un photographe et poète chinois qui s’est suicidé en 2017, en acte de protestation. Donc, il y a une sorte de rapport fraternel entre ces deux personnes et je continue à espérer que Kirill Serebrennikov sera présent au Festival.

► À lire aussi :«Leto», un «Été» russe et rebelle de Kirill Serebrennikov

Parmi les pièces venues d’Afrique, il y a le conte musical Le Jeune Yacou où l’Ivoirien Yacouba Konaté raconte son histoire autobiographique marquée par la guerre et par son transite par le camp de réfugiés de Choucha, en Tunisie. Le chorégraphe burkinabè Salia Sanou présentera entre autres sa nouvelle création Et vous serez là. Également à l’affiche : Faustin Linyekula. Qu’est-ce que ce chorégraphe congolais nous apprendra sur la ou les Histoire(s) du Théâtre ?

Histoire(s) du Théâtre est un cycle lancé par le metteur en scène Milo Rau qu’il a commencé lui-même. Ensuite, il a dévolu les autres épisodes à d’autres chorégraphes et metteurs en scène dans lesquelles il demande de s’interroger sur l’origine de sa vocation. La vocation de Faustin Linyekula était un spectacle de danse qu’il a vu à la télévision zaïroise, parce que, à l’époque, c’était le Zaïre. Dans sa pièce, il revient sur ce spectacle de danse qui était non dépourvu de supposés colonialistes. Il a rencontré les danseurs seniors de ce ballet qui l’a tant impressionné. Donc, il interroge à la fois l’histoire de son pays, les relations entre le Congo et la Belgique, et en même temps sa propre histoire.

Dans votre éditorial dédié à l’édition 2019, vous évoquez le phénomène du « silence de la salle ». De quoi s’agit-il ?

Le silence de la salle, c’est peut-être une des plus belles choses qui soient, parce que c’est le silence qui ouvre les possibles. Mais il ne faudrait pas imaginer que le silence de la salle est une salle qui se tait, au contraire. Le paradoxe, c’est que ce silence de la salle est le moment où elle commence à parler, à remémorer les pages de son identité collective. C’est un moment de lien extraordinaire. Le paradoxe, c’est que c’est un lien qui se construit justement par le silence. Or, je trouve, quelquefois, dans le monde contemporain hypermédiatique et hyperconnecté, il y a beaucoup de vocifération, il y a beaucoup de cris, de polémiques. Faire silence, c’est aussi un moyen d’être ensemble.

L'avant-programme du 73e Festival d'Avignon, du 4 au 23 juillet 2019.
L'avant-programme du 73e Festival d'Avignon, du 4 au 23 juillet 2019. festival-avignon.com

► Site officiel du 73e Festival d’Avignon, du 4 au 23 juillet 2019

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.