Accéder au contenu principal
Cinéma / Première Guerre mondiale

Cinéma: «Pour les soldats tombés», documentaire stupéfiant de Peter Jackson

Des soldats canadiens dans les tranchées en France, dans la Somme lors de la Première Guerre mondiale, en 1916 (image d'illustration).
Des soldats canadiens dans les tranchées en France, dans la Somme lors de la Première Guerre mondiale, en 1916 (image d'illustration). Getty Images/Hulton Archive
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Inédit en France et sorti aux États-Unis pour le centenaire de la fin de la Première Guerre Mondiale, le documentaire « They shall not grow old » (« Pour les soldats tombés » en français), de Peter Jackson nous plonge dans les tranchées de la Grande Guerre. On y voit des témoignages d’anciens combattants mais surtout des archives filmées d’un réalisme saisissant.

Publicité

C’est un documentaire d’immersion, un film stupéfiant qui nous fait vivre le quotidien des troupes britanniques mobilisées sur le front belge et français.
Pour les soldats tombés est le résultat d’un travail de fourmi réalisé par Peter Jackson et ses équipes. L’auteur du Seigneur des Anneaux a eu accès aux archives du musée impérial de la Guerre (Imperial War Museum) de Londres. Et il a réussi l’exploit d'utiliser les technologies du XXIe siecle pour faire revivre ces archives muettes en noir et blanc. Celles-ci, par la grâce du numérique, apparaissent désormais en couleur et sonorisées.

Les poux, les rats, l'horreur...

Dans le film, pas de témoignages d’historien, aucun élément de contexte. Ce qui intéresse le réalisateur, c’est de nous faire partager le quotidien des simples soldats. De raconter les poux les rats, l’humidité de tranchées, l'horreur des combats... On voit les cadavres accrochés aux barbelés, après une explosion de mine, le ravitaillement en eau, à mi-mollets dans la boue des trous d’obus.

Réalisme hallucinant

Autant d’images qui racontent l’atrocité de la guerre mais aussi souvent la vie de groupe, la fraternisation des soldats autour d’une tasse de thé. Se pose bien sûr la question de la méthode : jusqu’où peut on - ou pas - modifier les images d'archives ? Ici, le résultat est cependant d’un réalisme hallucinant. On dit souvent que le cinéma est une machine à remonter le temps, ce film mieux qu’aucun autre en donne la preuve.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.