Accéder au contenu principal
Culture

Africa 2020: 54 pays pour réfléchir aux enjeux du XXIe siècle

Wizkid, le 31 mai 209 en Angleterre.
Wizkid, le 31 mai 209 en Angleterre. (Photo by Joseph Okpako/WireImage)

Ce sera l’un des temps forts de l'année à venir : à partir du mois de juin se tiendra Africa 2020, un évènement dont RFI sera partenaire. Destiné à montrer le dynamisme de l’Afrique dans les domaines culturels, économiques, technologiques, gastronomiques, Africa 2020 a été initié par le chef de l'Etat français, Emmanuel Macron. Il en a confié les rênes à N’Goné Fall, une commissaire générale bien décidée à bousculer les schémas traditionnels.

Publicité

Projet hors norme, Africa 2020 est né d’un discours d’Emmanuel Macron, à Ouagadougou, au Burkina Faso, il y a un peu plus de deux ans. Le président français affirmait que l'Afrique était « le continent central, global, incontournable car c’est ici (...) que se jouera une partie du basculement du monde. »

Africa 2020 n'est pas uniquement une « saison culturelle ». La résumer à cela a le don d’agacer N’Ggoné Fall, la commissaire générale de l’évènement. Cette architecte de formation, commissaire d'exposition indépendante, n'a pas sa langue dans sa poche.

Elle a été choisie pour bousculer les idées reçues sur les relations entre la France et l’Afrique. Présente à Bamako, au Mali, lors du lancement des Rencontres photo, début décembre, cette intellectuelle de 52 ans, définissait Africa 2020 comme « une saison centrée sur l’innovation dans les arts, les sciences, les technologies, l’entrepreneuriat, l’économie, et construite exclusivement avec les sociétés civiles de tout le continent ». Un moyen d’échapper au soupçon de récupération ou de complaisance vis-à-vis de la France, qui assurera l’essentiel du financement via l’Institut français, son opérateur en matière de diplomatie culturelle.

« Pas de programmation Bisounours »

Cette ambition se concrétisera du 1er juin à mi-décembre 2020 avec plus d'une centaine de projets en France métropolitaine et outre-mer. Des projets préparés en binôme par un professionnel issu d'un pays d'Afrique et par un professionnel français.

Africa 2020 s'articulera autour de plusieurs grands thèmes : la transmission des savoirs, les nouvelles technologies, la redistribution des richesses, l'histoire et la mémoire, la mobilité et la désobéissance civile, thème cher à N’Goné Fall qui a monté une exposition sur ce thème au Danemark il y a trois ans.

« Ce ne sera pas une pas une programmation"Bisounours" », promet la commissaire générale qui met en avant, non pas la francophonie, mais le panafricanisme, qu’elle définit comme « un mouvement d’émancipation politique, sociale, économique et culturelle ».

« Avec Africa 2020, ajoute N’Goné Fall, je veux casser toutes les barrières physiques, mentales, idéologiques. Il faut construire ensemble des projets qui répondent à cette question : quels sont pour nous, Africains, les enjeux du XXIe siècle ? Je voudrais que nous échangions sur cela ».

« Casser les frontières »

Africa 2020 débutera en musique par un concert de la Béninoise Angélique Kidjo (marraine de l’évènement aux côtés du chanteur et ancien ministre sénégalais Youssou Ndour) à la Philharmonie de Paris le 1er juin.

Africa 2020 enchaînera avec le festival We Love Green les 6 et 7 juin, au Bois de Vincennes, à Paris. L’icône folk américaine Lana del Rey partagera l'affiche avec Wizkid, star nigériane de l'afro-trap, Dj Lag, ambassadeur du gqom, une des variantes de l'électro sud-africaine, Kampire, extraordinaire Dj house ougandaise, ou encore Mr Eazi, inventeur de la banku music, mélange de highlife ghanéen et de rythmes nigérians.

Pour Clément Meyere, un des programmateurs de We Love Green, Africa 2020 tombe à point nommé dans la mesure où « nous sommes dans une culture musicale mondiale et qu’il y a des continents entiers –dont l’Afrique- qui infusent dans cette culture pop internationale. Quand Beyoncé réalise la bande originale du Roi Lion, souligne Clément Meyere, elle invite plein d’artistes africains, une manière de rendre hommage à tous ceux qui l’ont influencée. De même dans l’électro, auparavant très centrée sur des Dj européens : il y a aujourd’hui un véritable besoin de casser les frontières et d’aller voir comment on danse ailleurs… et notamment en Afrique ».

L’ensemble de la programmation d'Africa 2020 sera dévoilé fin janvier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.