Accéder au contenu principal

La Veillée artistique du Théâtre de la Ville-Paris

Lors de la « Veillée du Théâtre de la Ville-Paris », le 23 juin, à l’Espace Cardin.
Lors de la « Veillée du Théâtre de la Ville-Paris », le 23 juin, à l’Espace Cardin. © Siegfried Forster / RFI
Texte par : Carmen Lunsmann
2 mn

Premiers levers de rideau pour les salles de théâtre en France après plus de trois mois de fermeture en raison de la crise sanitaire. Pour retrouver son public, le Théâtre de la Ville à Paris a imaginé une entrée en matière assez inédite : une Veillée sous forme de 48 heures de spectacles, danses, lectures et consultations poétiques et musicales.

Publicité

Soixante-dix artistes, soignants et scientifiques à redonner vie à l’Espace Cardin et au jardin du Théâtre de la Ville. Le spécialiste occidental de la flûte indienne, Henri Tournier : « C’est une aventure qui se monte au pied levé : des spectacles, des concerts, de la musique indienne à cinq heures le matin, récitation de poèmes avec un groupe de comédiens de tous les pays, parfois avec des masques, parfois sans des masques. C’est complètement improvisé, impromptu, parce que cela s’est décidé en quelques jours. Pour moi, c’est un bol d’air frais, parce que, en tant que musicien et enseignant, cela fait presque quatre mois que je fais tous mes cours en ligne. Et là, on revit. » 

Rendez-vous à minuit pour un Voyage saxophonesque, à une heure du matin, il y aura une tête-à-tête avec Ionesco Suite, suivi d’une évocation vibrante de la militante pour les droits civiques Nina Simone, et une Balade sensorielle au lever du soleil avec une dizaine de danseurs autour de Saïd Lehlou :

► À lire aussi «Au creux de l’oreille», le théâtre au temps du coronavirus

« C’est vraiment une invitation à démarrer tous ensemble. Après, c’est assez délicat, à cinq heures du matin, mais, de se réveiller avec un nouveau jour, après tout ce qui vient de se passer... Finalement, l’art est partout : dans un théâtre ou dans la rue, et il faut le faire exister quotidiennement. » 

Des moments de grâce et de réflexion, jusqu’aux consultations poétiques, inventées par le directeur du Théâtre de la Ville, Emmanuel Demarcy-Mota : « Finalement, ce qui rapproche le médecin de l’artiste, c’est ce que n’est pas un métier comme les autres, c’est un métier pour les autres. » 

Le programme de La Veillée du Théâtre de la Ville-Paris, à l’Espace Cardin, jusqu’à mercredi 24 juin

► À lire aussi : «Violetta», «La Traviata» entre hôpital et opéra

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.