Accéder au contenu principal

«Lucky Strike», un polar sud-coréen de Kim Yong-Hoon

«Lucky Strike», un polar sud-coréen de Kim Yong-Hoon.
«Lucky Strike», un polar sud-coréen de Kim Yong-Hoon. © Wild Bunch
Texte par : Alexandre Ravasi
1 mn

« Lucky strike », le premier long-métrage du réalisateur sud-coréen Kim Yong-Hoon, est sorti cette semaine dans les salles de cinéma en France. Un polar rythmé et intense adapté d'un roman japonais.

Publicité

Un fonctionnaire criblé de dettes, un employé de sauna ruiné, une propriétaire de bar qui souhaite repartir à zéro... des personnages ordinaires qui aspirent tous à une vie meilleure. La découverte d'une mystérieuse valise remplie de billets de banque va les réunir. Et surtout, révéler des pulsions presque animales.

Lucky Strike, un film choral, n'est pas sans rappeler Parasite, récompensé aux Oscars cette année, qui a mis un coup de projecteur sur le cinéma sud-coréen. Il montre comment l’ambition et l’avidité peuvent mener à la trahison et au meurtre.

Entre la violence et l'absurde

Pour cela, le réalisateur Kim Yong-Hoon jongle entre la violence et l'absurde. Les pointes d'humour, habilement placées, tranchent avec un décor sombre. Dans cette atmosphère pesante, la société sud-coréenne est dépeinte de façon presque satirique. Avec, en toile de fond, une critique du rapport à l'argent.

« Qu'aurions-nous fait à leur place ? », se demande alors le spectateur. L'une des répliques fait d'ailleurs office de mise en garde : « Quand tu as de l’argent, tu dois te méfier de tout le monde, même de tes parents ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.