Les pratiques culturelles des Français, la bascule générationnelle

Un siècle après avoir accueilli la révolution des Ballets russes, le Théâtre du Châtelet a lancé son premier festival digital, «Après, demain», jusqu'au 12 juillet.
Un siècle après avoir accueilli la révolution des Ballets russes, le Théâtre du Châtelet a lancé son premier festival digital, «Après, demain», jusqu'au 12 juillet. © Siegfried Forster / RFI

Les pratiques culturelles des Français changent. C'est ce que montre une étude sociologique, publiée ce vendredi 10 juillet par le ministère de la Culture. Pendant près d'un an, des sociologues ont interrogé 9 200 Français âgés de 15 ans et plus sur leurs pratiques culturelles.

Publicité

Tous les dix ans, le ministère réalise cette étude. Le rapport 2020, dont les résultats sont dévoilés aujourd’hui, montre des résultats contrastés et une véritable bascule générationnelle.

Un défi pour les artistes, mais aussi pour l'Etat

Premier constat : les Français n'ont jamais autant consommé de culture. Mais cette consommation révèle une fracture entre culture patrimoniale (la lecture, les musées ou les sorties au théâtre et au cinéma) et culture numérique liée à Internet. Et cette différence risque bien de devenir un défi pour les artistes, mais aussi pour l'Etat.

Ceux qui restent fidèles à la culture classique sont vieillissants, plutôt urbains, et appartiennent à des milieux aisés ou diplômés. À l'inverse, dans le monde de la culture numérique, le public est jeune, plutôt masculin, issu de tous les milieux sociaux, et autant urbain que rural. Ces jeunes qui écoutent de la musique en ligne ou consomment des séries sur les plateformes lisent beaucoup moins que leurs aînés et vont beaucoup moins au spectacle.

En jeu est la survie de la culture classique

Le rapport montre donc qu'une bascule est en train de s'opérer. À terme, c'est la survie de la culture classique qui est en jeu. N'est-ce pas l'échec du concept de démocratisation culturelle porté par l'Etat depuis des décennies ? L'Etat, doit-il continuer à subventionner largement des programmes censés inciter les publics modestes à consommer de la culture classique, théâtre ou concerts de musique classique ? Autant de questions posées par ce rapport qui pourrait pousser l'Etat à revoir ses priorités.

► À lire aussi : Roselyne Bachelot, une coqueluche des médias au ministère de la Culture

► À lire aussi : «Mettre le paquet» pour sauver la culture: le plan d’Emmanuel Macron est-il assez ambitieux?

► À lire aussi : «Après, demain», la «révolution artistique» numérique du Théâtre du Châtelet

► À lire aussi : La 3e Scène numérique: «Il n’y a que l’Opéra de Paris qui le fait»

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail