Accéder au contenu principal

«Babylon Orchestra», une nouvelle musique du monde

La couverture du premier album du Babylon Orchestra, édité par le label Sungroove.
La couverture du premier album du Babylon Orchestra, édité par le label Sungroove. © Anton Tal
Texte par : Carmen Lunsmann
1 mn

Ils inventent une nouvelle musique du monde. Le Babylon Orchestra, fondé en 2016 à Berlin, en écho à la crise migratoire, réunit vingt musiciens professionnels issus de dix pays du Moyen-Orient et d’Europe. Leur premier album vient de sortir sous le label Sungroove. 

Publicité

Ils viennent de Syrie, de Serbie et d'Israël, de Turquie, d'Égypte et d'Australie et partagent leur culture et leur savoir-faire avec des musiciens européens. Sofia Surgutschowa, d'origine germano-russe, est l'instigatrice du projet.  

Les sonorités urbaines de Berlin

« C’était en pleine crise migratoire qu’on a fondé cet orchestre, moi et Mischa Tangion, violoniste et compositeur d’origine russe. Alors, on a peut-être créé un nouveau style : une sorte de fusion entre musique orientale et jazz, mêlée aux sonorités urbaines de la ville de Berlin. »  

Babylon Orchestra propose un dialogue entre Orient et Occident, entre oud et guitare, entre flûte et la flûte oblique orientale ney. Douze titres entraînants et mélancoliques reflétant à la fois les histoires et les espoirs des artistes, devenus aussi bien auteurs que compositeurs de l'album.  

Un éternel va-et-vient de styles et de cultures

« Le titre Nour de notre chanteuse kurde Hani Mojtahedi, c’est une chanson sur une poésie d’une Iranienne, explique Sofia Surgutschowa. Un voyage intérieur d’une femme qui a énormément souffert et c’est un des titres clé de notre CD. »  

D'autres nous font voyager entre Rome, Marrakech et Jérusalem dans un éternel va-et-vient de styles et de cultures au-delà des frontières.  

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.