L’Institut du Monde arabe se réinvente avec son «Parvis en scène» et Shéhérazade

Performance artistique à l'Institut du monde arabe, respectant les mesures de distanciation sociale, à Paris, le 21 juin 2020 (image d'illustration)
Performance artistique à l'Institut du monde arabe, respectant les mesures de distanciation sociale, à Paris, le 21 juin 2020 (image d'illustration) ABDULMONAM EASSA / AFP

Face à la pandémie de coronavirus, l’Institut du Monde arabe (IMA) se réinvente avec le festival « Parvis en scène », où des spectacles en plein air se déroulent sur le parvis de l’institut, à Paris, respectant la distanciation sociale. Au programme, théâtre, danse, musique et contes qui se mélangent avec « Variations sur les Mille et une nuits », se déroulant les week-ends jusqu’au 8 août.

Publicité

Trois artistes occupent le parvis de l’IMA devant un public éparpillé pour cette séance de « Variations sur les Mille et une nuits » : un joueur de kora, un danseur et la comédienne Clémence Azincourt, qui incarne la plus ancienne des conteuses : « Chez Shéhérazade, ce qui est extraordinaire, c’est qu’elle invente le “cliff-hanger” comme dans les série télévisée - c’est-à-dire qu’elle s’arrête toujours au moment où on a envie de savoir la suite », explique-t-elle.

Shéhérazade est celle qui captive le roi Shahryar et sauve sa vie et celle des femmes du royaume par la force de la littérature. Des récits empreints de magie, d’érotisme et de fables ponctués par le tournoiement de Smaïl Kanouté, entre danse africaine et soufie typique des derviches tourneurs : « Cela m’a rattaché à la culture orale africaine, avec les contes africains, explique le danseur. Donc, au lieu d’aller directement vers le Moyen-Orient, je suis parti de mes origines maliennes, de l’esthétique des contes africains avec les animaux, les morales. Je suis parti de moi-même pour aller vers les contes des “Mille et une nuits” ».

Le spectacle captivant laisse en haleine comme le roi Shahryar : il faudra revenir. « Varations sur les Mille et une nuits » est gratuit et se déroule le 1er août avec la représentation sur Shéhérazade, les 3, 4, 5 août sur Aladin, et les 7, 8 et 9 août autour de Sinbad le marin.

L'IMA réinvente les Mille et une nuits sur son «Parvis en scène»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail