Accéder au contenu principal
Entretien

Emma Dante: «Être à la Mostra de Venise est comme une renaissance»

« Les sœurs Macaluso », de la cinéaste et metteuse en scène italienne Emma Dante, en lice pour le Lion d’or à la Mostra de Venise 2020.
« Les sœurs Macaluso », de la cinéaste et metteuse en scène italienne Emma Dante, en lice pour le Lion d’or à la Mostra de Venise 2020. © Siegfried Forster / RFI

L’Italienne Emma Dante est l’une des plus grandes metteuses en scène d’Europe et surprend autant en tant que réalisatrice. Son nouveau film Les sœurs Macaluso est l’un des huit signés par des femmes en lice pour le Lion d’or qui sera décerné samedi 12 septembre à la Mostra de Venise.

Publicité

RFI : C’est une année particulière pour le cinéma et la culture. En France, les festivals de Cannes et d’Avignon, que vous connaissez bien, ont été annulés. Que cela signifie-t-il pour vous de présenter ici Les sœurs Macaluso et le fait que la Mostra de Venise ait lieu, avec des festivaliers venant des cinq continents, malgré la pandémie ?   

Emma Dante : J’étais aussi invitée au Festival d’Avignon avec une nouvelle pièce de théâtre. Malheureusement, le festival a été annulé, ce qui m’a rendu très triste, comme l’annulation du Festival de Cannes. Être aujourd’hui ici, à la Mostra de Venise, est comme une renaissance. Je suis très heureuse que nous ayons la possibilité de nous relever, de nouveau espérer et créer.   

L’histoire raconte la vie de cinq sœurs dans un petit appartement à Palerme, de leur jeunesse jusqu’à leur mort. Les différentes étapes de leurs vies sont montrées à travers quelques événements-clés, mais surtout à travers leurs gestuelles et leur attachement aux petits objets quotidiens. Derrière, est-ce la volonté de recréer le monde à votre façon, d’écrire une sorte de Bible de la vie ordinaire et des petites choses ?

Je suis partie de petits détails pour ensuite raconter une histoire universelle : la jeunesse, l’âge adulte, la vieillesse. Tout est interconnecté, c’est une seule vie. La vie est un flux unique et ininterrompu. Et on ne devrait jamais oublier la jeunesse, qu’on était un jour un enfant avant d’être devenu âgé.

Les cinq sœurs, ce sont à la fois cinq individus, cinq personnalités très fortes, en même temps elles forment un ensemble. Aujourd’hui, à l’époque des réseaux sociaux et leur promesse d’échanger et d’être lié aux personnes dans le monde entier, est-ce encore possible d’être soudé à ce point comme les sœurs Macaluso ?

Oui, je pense que c’est possible. C’est une force unique de l’être humain. Donc, il doit être possible. L’amour et l’interconnexion sont capables de sauver nos êtres profonds. On a fait l’expérience récemment, avec ces terribles mois pendant la pandémie où les gens ont dû garder une distance entre eux pour leur sécurité. Il y avait une solidarité très forte. Même ici, au festival, on le remarque, avec la manière de prendre soin des uns aux autres.   

Le film était d’abord une pièce de théâtre, présentée au Festival d’Avignon. De plus en plus de metteurs en scène font entrer dans leurs spectacles le multimédia et le cinéma. Pour vous, le cinéma et le théâtre, est-ce toujours deux choses très distinctes ?   

Oui, je crois qu’il s’agit de deux choses et deux endroits complètement différents, mais je suis toujours la même personne, indépendamment du fait que je fasse un film ou bien une pièce de théâtre. Il s’agit juste de basculer entre deux modes d’expression différents. Il y a un lien lointain et parfois les deux modes se rencontrent, mais l’expérience est totalement différente.   

Au centre du récit des Sœurs Macaluso, il y a cette journée où la vie bascule. La plage Charleston, où l’accident fatal a lieu, est un endroit que vous avez beaucoup fréquenté pendant votre jeunesse. Avez-vous vous-même vécu une journée qui a fait basculer votre vie ?   

Je suis souvent allée à la plage Charleston quand j’étais enfant. J’ai particulièrement aimé nager entre les piliers de ce pont qu’on voit dans le film. Quand on a écrit le scénario, on a cherché un lieu magique où l’accident devrait avoir lieu. Un lieu inattendu. Ainsi, je me suis souvenue de cet endroit de ma jeunesse.

« Les sœurs Macaluso », de la cinéaste et metteuse en scène italienne Emma Dante, en lice pour le Lion d’or à la Mostra de Venise 2020.
« Les sœurs Macaluso », de la cinéaste et metteuse en scène italienne Emma Dante, en lice pour le Lion d’or à la Mostra de Venise 2020. © Mostra de Venise 2020

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.