Accéder au contenu principal

Mostra de Venise: Lion d’or pour «Nomadland», de la Sino-Américaine Chloé Zhao

L’actrice Frances McDormand dans «Nomadland», de la réalisatrice sino-américaine Chloé Zhao, Lion d’or à la Mostra de Venise 2020.
L’actrice Frances McDormand dans «Nomadland», de la réalisatrice sino-américaine Chloé Zhao, Lion d’or à la Mostra de Venise 2020. © Mostra de Venise 2020

La réalisatrice sino-américaine Chloé Zhao, 38 ans, a remporté, samedi 12 septembre, le Lion d’or du meilleur film à la Mostra de Venise. Nomadland raconte l’histoire des nouveaux nomades, les délaissés de la société américaine. Un signal fort pour le cinéma et les femmes réalisatrices du monde entier.

Publicité

Des larmes de joie partagées dans la sala grande du Palais du cinéma à Venise. La Mostra a montré au monde entier qu’il est possible de faire un grand festival au temps du coronavirus tout en accueillant du public et des œuvres magnifiques. « Nous pouvons dire que nous l’avons fait. Nous ne sommes pas fiers d’avoir été les premiers, mais satisfaits d’avoir montré qu’il était possible », a ainsi résumé Roberto Cicutto, le président de la Biennale de Venise, l’aventure du festival.

Un Lion d'or dans un van

Avec Chloé Zhao, c’est la première fois dans l’histoire du plus ancien festival international de cinéma qu’un lauréat du Lion d’or a remercié la Mostra tout en étant assise dans un van. Bloquée aux États-Unis, son message vidéo depuis un fourgon à Pasadena, en Californie, était un clin d’œil à l’histoire de son film.
Nomadland est un road movie sur une catégorie spéciale de délaissés de la société américaine : les nouveaux nomades.

L’actrice oscarisée Frances McDormand incarne Fern, d’abord veuve, ensuite licenciée. Elle fait partie de ces sans domicile fixe vivant dans un van bricolé et survivant avec des « bullshit jobs » ou quelques dollars de retraite. Des récits tragiques résonnent, des paysages époustouflants défilent. Une nouvelle communauté se construit, au bord des routes ou sur les réseaux sociaux (#vanlife). Sans note larmoyante, avec beaucoup d’humilité et d’introspection. Un portrait poétique et inattendu sur et avec les nouveaux « pionniers » de la pauvreté.

► À lire aussi : Le «miracle» de la Mostra de Venise 2020: de très bons films et de l’espoir

La réalisatrice sino-américaine Chloé Zhao le 11 septembre 2020, lors de la présentation de «Nomadland» en présence des nouveaux nomades, organisée par Fox Searchlight et The Telluride Film Festival, à Rose Bowl, Pasadena (Californie).
La réalisatrice sino-américaine Chloé Zhao le 11 septembre 2020, lors de la présentation de «Nomadland» en présence des nouveaux nomades, organisée par Fox Searchlight et The Telluride Film Festival, à Rose Bowl, Pasadena (Californie). © Amy Sussman/Getty

Depuis la création de la Mostra de Venise en 1932, Chloé Zhao est la cinquième femme et la première d’origine chinoise à remporter le Lion d’or, après l’Allemande Margarethe von Trotta (Les Années de plomb, 1981), la Française Agnès Varda (Sans toit ni loi,1985), l’Indienne Mira Nair (Le Mariage des moussons, 2001) et l’Américaine Sofia Coppola (Somewhere, 2010).

La cinéaste sino-américaine, née en 1982, a passé toute son enfance à Pékin avant de partir aux États-Unis pour y étudier d’abord les sciences politiques dans le Massachusetts, avant de se tourner vers une formation cinématographique à New York. Dès son deuxième long métrage, The Rider, elle fait sensation au Festival de Cannes où elle remporte en 2015 le prix Art Cinéma du meilleur film à la Quinzaine des réalisateurs. 

L’actrice britannique Vanessa Kirby, Prix de la Coupe Volpi pour la meilleure interprétation féminine à la Mostra de Venise 2020 pour son rôle dans «Pieces of a Woman», de Kornel Mundruczo.
L’actrice britannique Vanessa Kirby, Prix de la Coupe Volpi pour la meilleure interprétation féminine à la Mostra de Venise 2020 pour son rôle dans «Pieces of a Woman», de Kornel Mundruczo. © Alberto PIZZOLI / AFP

Vanessa Kirby, l'étoile du Lido

Le Festival de Venise s’annonçait dès le début comme une édition singulière, avec deux Lions d’or décernés à deux femmes pour leur carrière cinématographique, la réalisatrice hong-kongaise Ann Hui et l’actrice britannique Tilda Swinton, avec huit films de femmes sur 18 en lice pour le Lion d’or, et tout cela avec une femme présidente du jury, l’actrice australo-américaine Cate Blanchett.

Et parmi les nombreuses actrices extraordinaires, c’est la Britannique Vanessa Kirby, 32 ans, qui a été distinguée avec la Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine pour son jeu émouvant dans Pieces of a Woman. Dans ce film hors du commun, elle donne corps à un plan-séquence d’une demi-heure d’un accouchement à domicile pour affronter ensuite la plus grande tragédie de sa vie...  

L’histoire a été écrite et réalisée par le Hongrois Kornel Mundruczo et sa femme Kata Wéber, qui ont personnellement vécu cette tragédie : perdre un enfant lors de l’accouchement. Vanessa Kirby, pour se préparer à ce rôle pas comme les autres, a assisté à Londres à un vrai accouchement. Elle a dédié son prix « à toutes les mères ayant perdu leur bébé » et à Venise qui a « permis de partager cette histoire qui est rarement racontée ».

Les années de plomb en Italie

L’acteur italien Pierfrancesco Favino a reçu la Coupe Volpi pour la meilleure interprétation masculine. Dans Padrenostro, il joue le rôle d'Alfonso, un père de famille victime d’un commando terroriste. Il incarne avec beaucoup de subtilité la vulnérabilité, ancrée pour toujours dans sa vie et celles de sa femme et son fils. Une figure forte, magnétique et héroïque dans ce film réalisé par le cinéaste italien Claudio Noce qui y raconte sa propre histoire, vécue avec son père en 1976, lors des années de plomb en Italie. 

Le Grand prix du jury pour Michel Franco

Avec son film choc, Nueve Orden, le Mexicain Michel Franco remporte le Lion d’argent, le Grand prix du jury. Il nous fait plonger dans une lutte de classes ultra-violente. Le début rappelle un peu Parasite, mais le réalisateur mexicain ne se limite pas à une histoire dystopique au niveau familial. Il étend le désastre, la violence et le désespoir à tout un pays. Le nouvel ordre provoqué par une révolte populaire sera aussi injuste et violent, mais en plus totalitaire.

« J’ai commencé l’histoire il y a six ans et je n’avais aucune idée à quel point la réalité s’est approchée de mon histoire : les "gilets jaunes" en France, les mouvements au Chili, à Hong Kong, Black Lives Matter. Je ne suis pas un visionnaire. Il faut être aveugle pour ne pas voir qu’on va dans une impasse, avec de plus en plus d’inégalités. Si on continue à ignorer les pauvres, on arrivera à cette situation. »

Le réalisateur mexicain Michel Franco, Lion d’argent, Grand prix du jury pour «Nueve Orden» à la Mostra de Venise 2020.
Le réalisateur mexicain Michel Franco, Lion d’argent, Grand prix du jury pour «Nueve Orden» à la Mostra de Venise 2020. © Tiziana FABI / AFP

Dans la section « Orizzonti », la chanteuse marocaine Khansa Batma reçoit le prix de la Meilleure interprétation féminine pour Zanka Contact, du réalisateur marocain Ismaël El Iraki. Yahya Mahayni décroche, quant à lui, le prix de la Meilleure interprétation masculine pour L'homme qui a vendu sa peau, de la Tunisienne Kaouther Ben Hania.

Rajae (Khansa Batma) dans «Zanka Contact» d’Ismaël El Iraki.
Rajae (Khansa Batma) dans «Zanka Contact» d’Ismaël El Iraki. Mostra de Venise 2020

Les principaux prix décernés à la Mostra de Venise 2020 :

- Lion d’Or du meilleur film : Nomadland de Chloé Zhao (États-Unis)
- Grand prix du jury : Nuevo Orden de Michel Franco (Mexique)
- Lion d’Argent du meilleur réalisateur : le Japonais Kiyoshi Kurosawa pour Les amants sacrifiés
- Prix du meilleur scénario : l’Indien Chaitanya Tamhane, scénariste et réalisateur de The Disciple
- Prix spécial du jury : Chers camarades d’Andreï Kontchalovski (Russie)
- Prix de la meilleure actrice : la Britannique Vanessa Kirby pour son rôle dans Pieces of a Woman de Kornel Mundruczo
- Prix du meilleur acteur : l’Italien Pierfrancesco Favino pour son rôle dans Padrenostro de Claudio Noce (Italie)
- Prix Marcello Mastroianni du meilleur jeune interprète : l’Iranien Rouhollah Zamani, un enfant des rues de Téhéran, pour son premier rôle dans Khorshid de Majid Majidi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.