Accéder au contenu principal

À Bourges, les jeunes talents de la chanson veulent survivre à la crise

Spectateurs masqués et assis aux Inouïs du Printemps de Bourges, comme l'exige le protocole sanitaire lié au Covid-19.
Spectateurs masqués et assis aux Inouïs du Printemps de Bourges, comme l'exige le protocole sanitaire lié au Covid-19. Libre de droits/Mathieu Foucher

En France, le monde de la culture refuse de se laisser abattre par l’épidémie de Covid-19. La preuve avec les iNOUïS du Printemps de Bourges, jusqu’à ce vendredi soir, dans le centre de la France. Le grand festival de la chanson, annulé en avril, a maintenu ce dispositif qui permet à de jeunes groupes de lancer leur carrière devant un large public.

Publicité

Tous les ans, les iNOUïS du Printemps de Bourges sélectionnent une trentaine de groupes sur plus de 3 000 candidatures reçues. Une sélection presque plus rude que celle des écoles de médecine.

De jeunes talents que Rita Sa Rego, la directrice des iNOUïS, ne pouvait pas laisser tomber : « C’est vrai qu’un artiste qui est un peu plus installé peut se permettre de rester peut-être un an sans jouer alors que les artistes qui sont au tout début de leur carrière, il y avait un début de quelque chose et tout s’est arrêté du jour au lendemain. Donc, pour nous, il était extrêmement important de dire, tant qu’on peut, on va essayer d’accompagner ces groupes et de les soutenir pour que la création musicale puisse continuer », explique-t-elle.

Les iNOUïS peuvent-ils donner le signal de la reprise des concerts ? Boris Vedel, directeur général du Printemps de Bourges, voudrait y croire : « Ce printemps iNOUïS, c’est de dire qu’on veut faire, qu’on veut vivre, et qu’en bonne intelligence, on peut faire de la culture, faire des concerts, souligne-t-il. Il faut faire attention, mais il ne faut pas s’interdire. La culture est bien trop importante. Ce serait bien plus grave de priver les gens de culture et de liberté. »

À Bourges, épidémie oblige, le public est masqué, mais sur scène, les artistes ont le sourire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.