Accéder au contenu principal

«Beyrouth 2020» de Charif Majdalani reçoit le Prix spécial du jury Femina

Portrait de l'écrivain Charif Majdalani, lauréat du Prix spécial du jury Femina 2020.
Portrait de l'écrivain Charif Majdalani, lauréat du Prix spécial du jury Femina 2020. © Hermance Triay
Texte par : Pascal Paradou
3 mn

Après sept romans, l’écrivain libanais Charif Majdalani s’est vu décerner le 2 novembre un Prix spécial par le jury du prix littéraire français Femina pour « Beyrouth 2020. Journal d’un effondrement ». Le livre, entamé au mois de juillet dernier, raconte au quotidien la crise que vit le Liban avec ce point d’orgue qui est l’explosion du port de Beyrouth le 4 août dernier. Un récit intime et politique sur le deuil d’un pays.

Publicité

« A l’origine, je ne voulais pas faire du journal ou, du moins, je voulais écrire quelque chose qui raconte notre réalité, a affirmé Charif Majdalani, invité de l’émission De vive(s) voix sur RFI. Donc, j’avais imaginé un faux journal. Un journal que tiendrait un personnage de fiction. Mais plus je l’écrivais, plus je m’apercevais que j’étais en train de raconter tout simplement la réalité avec des noms d’emprunt - c’était ridicule. Du coup, je me suis dit : ce n’est pas la peine de faire de la fiction, parce que cette soi-disant fiction que je raconte est absolument la réalité la plus brute. En fait, cela faisait écho à tout ce qui s’est produit pendant ce qu’on appelle la “révolution”. C’est-à-dire l’insurrection qui a commencé en octobre dernier et qui était dirigé contre la classe politique corrompue qui a mis la main sur l’État pour ses propres intérêts et qui a établi avec ses citoyens un rapport mafieux. Tout cela a ruiné l’État. Tout cela s’est fait avec la complicité des banques. Tout cela, tout le monde le sait.  

Le prix spécial du jury, je pense, qu’il a été surtout décerné par solidarité pour le peuple du Liban et je le dédie évidemment au peuple libanais et à tous ceux qui étaient victime de cette année terrible. J’en suis très heureux. Cette mention spéciale est quelque chose importante pour nous, parce que c’est une année spéciale que nous avons vécu. » 

Écouter l’intégralité de l’interview avec Charif Majdalani dans l’émission De vive(s) voix du 2 novembre 2020. 

► À lire aussi : Guerre et paix racontées par le Libanais Charif Majdalani

► À lire aussi : Serge Joncour remporte le prix Femina avec «Nature humaine»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.