L’«Histoire des gros mots» sur Netflix

La série « Histoire des gros mots » sur Netflix.
La série « Histoire des gros mots » sur Netflix. © Netflix

C'est une série pas banale, produite et diffusée par Netflix. Dans « Histoire des gros mots » (« History of swear words »), Nicolas Cage revient, aux côtés d'historiens et de spécialistes en étymologie, sur la construction des gros mots et leurs évolutions dans la langue anglaise.

Publicité

Saviez-vous que le mot « bitch » (« salope ») vient de « bicce », un ancien mot anglais pour désigner une chienne ? Ou que « fuck » (« putain ») était au XVIe siècle un nom de famille et n’avait rien d’insultant ? C’est ce que vous apprendrez, entre mille autres choses, en regardant cette mini série aussi drôle qu’instructive, animée par Nicolas Cage.

« Fuck », « shit », « bitch », « dick », « pussy » et « damn », chaque épisode s’attache à un mot, pour nous raconter son histoire. On apprendra ainsi que la résistance physique augmente de 5% quand on jure - c’est un scientifique qui nous l’assure - ou que l’acteur le plus grossier de tous les temps est Jonah Hill, talonné par Samuel L. Jackson.

Quand les gros mots deviennent de l'art

On apprend aussi que « dick » - diminutif de Richard, mais un mot d’argot traduisible par « connard » - a connu son heure de gloire pendant le mandat du président Nixon, surnommé Tricky Dick, Richard le filou…

Parfois les jurons tombent dans l’oubli. Parfois, ceux-là mêmes qu’ils étaient censés insulter se les rapproprient et ils inspirent les artistes, cinéastes ou musiciens, car si cochons soient-ils, il arrive que les gros mots deviennent de l’art.

► À lire aussi : Oscars 2021: la surprise de trois films africains dans la liste des films présélectionnés

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail