La Fashion Week de Milan met cinq stylistes africains à l’honneur

Une création du styliste d’origine sénégalaise, Mokodu Fall, membre du collectif « Black Lives Matter in Italian Fashion », lors de la Fashion Week de Milan, le 24 février 2021.
Une création du styliste d’origine sénégalaise, Mokodu Fall, membre du collectif « Black Lives Matter in Italian Fashion », lors de la Fashion Week de Milan, le 24 février 2021. MIGUEL MEDINA AFP

Le grand rendez-vous de la mode féminine a ouvert le 24 février son édition 2021 en mode virtuel, pandémie oblige. 68 défilés, 65 présentations et de nombreux événements vont se tenir toute la semaine. Le coup d'envoi de la Fashion Week féminine de Milan a été donné avec « We are made in Italy », avec cinq stylistes africains à l'honneur.

Publicité

Ils sont nés en Afrique, ils ont parfois eu des parcours difficiles, mais c'est désormais en Italie qu'ils vivent et qu'ils créent. Cinq stylistes africains ont été mis à l'honneur en ouverture de la Fashion Week de Milan.

Fabiola Manirakiza est née au Burundi, il y a 50 ans. Elle a appris à coudre dans une école tenue par des sœurs italiennes au Zaïre. Médecin de formation, elle a créé sa marque Frida Kiza en 2016. Ses foulards de soie à imprimés massais s'inspirent aussi de la peinture du grand maître Botticelli.

La Camerounaise Claudia Gisèle Ntsama, 29 ans, a enchainé beaucoup de petits boulots avant d'obtenir en Italie un diplôme de design et de travailler le chanvre, sa matière de prédilection.

D'origines africaines, Italienne de cœur

Mokodu Fall, 45 ans, artiste peintre sénégalais, transpose certaines de ses œuvres sur des vêtements. Fils de diplomate, il affirme que sa collection « reflète surtout [s]es origines africaines ». Aujourd’hui, il partage sa vie entre Rome et Dunkerque dans le nord de la France.

Joy Meribe, 43 ans, Italienne de cœur, a quitté le Nigeria, car les designers de mode ne sont pas considérés, explique-t-elle. Quant à Karim Daoudi, 27 ans, il est arrivé du Maroc à 13 ans avec sa famille à la recherche d'un avenir meilleur. Il est aujourd'hui un créateur passionné de chaussures.

 À lire aussi: Le FIMO 228 ou quand la mode africaine fait le show pour sa Fashion Week à Lomé

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail