Nice, «ville de villégiature», entre au patrimoine mondial de l'Unesco

Vue sur la ville de Nice, classée au patrimoine mondial de l'Unesco.
Vue sur la ville de Nice, classée au patrimoine mondial de l'Unesco. © Pricilia Renou Tallon/Ville de Nice

La ville de Nice, dans le sud-est de la France, vient d’être classée sur la liste du Patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco. La candidature avait été lancée il y a 7 ans. C’est une forme de tourisme et d’architecture qui est reconnue comme exceptionnelle, par l’Organisation des Nations unies pour la culture.

Publicité

Avec le classement de Nice, l’Unesco inscrit précisément « la ville de villégiature d’hiver de Riviera » au patrimoine mondial. C'est un ensemble de 522 hectares baigné par le soleil, au pied des montagnes et sur le rivage bleuté de la Méditerranée… Un patrimoine paysager, urbanistique, architectural, qui est le fruit de l’histoire de l’Europe.

Une des premières villes touristiques

À partir de 1760, sur une côte réputée jusqu’ici inhospitalière, Nice commence à accueillir des résidents étrangers qu’on ne nomme pas encore… Des touristes. Ces derniers sont attirés par un climat toujours doux, la proximité de la mer et de la montagne, une végétation exotique…

Au tournant du 19e et du 20e siècle, Nice devient la « capitale d’hiver » des têtes couronnées et des riches européens. 150 000 résidents en villégiature en 1900 : un chiffre sans équivalent à l’époque ! D’abord des Anglais, qui auront droit à leur Promenade, puis des Russes, des Austro-Hongrois, plus tard des Américains.

Tous font construire des palais colorés, des villas garnies de loggias et de fenêtre arquée : bien être et exotisme. Des églises orthodoxes sortent aussi de terre. Dufy, Chagall, Matisse – entre autres – immortaliseront sur la toile, ce petit paradis niçois.

►À lire aussi : Australie: la Grande Barrière de corail évite la liste des sites en péril de l'Unesco

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail