Culture africaine: les rendez-vous en septembre

Ana Silva : « Estendal 004 » (détail), 2020. Sac en plastique tissé, broderie, dessin, scotch - 205 x 150 cm.
Ana Silva : « Estendal 004 » (détail), 2020. Sac en plastique tissé, broderie, dessin, scotch - 205 x 150 cm. © Ana Silva Courtesy Galerie MAGNIN-A, Paris

Sous forme numérique ou en présentiel, où auront lieu en septembre les rendez-vous phares de la culture africaine ? Voici dix-sept propositions. Et n’hésitez pas à nous envoyer vos « incontournables » à l’adresse rfipageculture@yahoo.fr.

Publicité

Le 1er septembre sort le programme Afrofuturistikdistribué par Sudu Connexion, dans les salles en France. Cinq courts métrages africains de Sofia Alaoui (France/Maroc), Jim Chuchu (Kenya), Kantarama Gahigir (Suisse/Rwanda), C.J. Obasi (Nigéria) et Sammy Baloji (RDC/Belgique) interrogent l’imaginaire africain et sa transmission orale et visuelle au XXIe siècle.

Qui sera le ou la prochain(e) lauréat(e) du prix littéraire Voix d’Afrique ? Le 1er septembre aura lieu l’annonce officielle de la deuxième édition du prix littéraire, initié par les éditions JC Lattès et RFI, en partenariat avec la Cité internationale des arts. Une initiative pour soutenir et mettre en lumière les nouvelles voix littéraires africaines. 

Jusqu’au 2 septembre se tient à Lille le plus grand événement européen entièrement dédié aux séries. Séries Mania reçoit en sélection officielle entre autres Dianké, la fiction radiophonique ouest-africaine produite par RAES, disponible en podcast sur le site de RFI et les plateformes d'écoute.

Du 3 au 9 septembre, le Festival International des Films de la Diaspora Africaine (FIFDA Paris 2021) proposera son onzième édition 100% en ligne du fait de la situation sanitaire. Au programme : des productions de onze pays, dont Haïti, Rwanda, Namibie, Cameroun, Maroc... pour explorer l'Histoire de l'Afrique et de sa diaspora.

Le Parcours des mondes fête ses 20 ans à Saint-Germain-des-Près, au cœur de Paris. Le plus important salon international d’arts extra-européen, asiatique et d’archéologie nous invite du 7 au 12 septembre à parcourir une soixantaine de galeries spécialisées dans les arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques.

À partir du 4 septembre, la galerie parisienne A-Magnin met en lumière la première exposition jamais organisée en France d’Ana Silva. Une trentaine d’œuvres où l’artiste angolaise interroge sa propre histoire et celle de sa famille.

Le 8 septembre sort en salles en France le film La nuit des rois (Côte d’Ivoire), de Philippe Lacôte, une mise en scène époustouflante dotée d’une écriture cinématographique novatrice et ambitieuse pour raconter une histoire insensée se déroulant dans l’une des prisons les plus surpeuplées d’Afrique de l’Ouest, la Maca.

Du 9 au 12 septembre, Art Paris sera le premier salon d’art moderne et contemporain à intégrer le Grand Palais Éphémère. La 23e édition réunit 140 galeries d’une vingtaine de pays, dont la Côte d’Ivoire, mais aussi d’œuvres d’artistes africains, comme le Marocain Hicham Berrada ou le Burkinabè Adjaratou Ouedraogo.

Le 14 septembre sera dévoilé le Praemium Imperiale, le « Nobel » des arts, créé en 1988 par la plus ancienne fondation culturelle du Japon. Après le sculpteur ghanéen El Anatsui et le chanteur sénégalais Youssou N’Dour en 2017 et le dessinateur, plasticien et cinéaste sud-africain William Kentridge en 2019, y aura-t-il de nouveau un artiste africain à l’honneur ?

L’exposition Liberté masquée propose à partir du 15 septembre à l’Espace Christiane Peugeot à Paris de découvrir quatre artistes de quatre continents, dont Joseph Obanubi, né en 1994 à Lagos. L’artiste nigérian aborde la difficulté d’accès à l’eau potable au Nigéria et les dangers encourus par les femmes en charge de sa collecte. Dans son travail artistique, il explore aussi les questions identitaires en les transformant dans une esthétique afro-futuriste.  

Du 22 au 25 septembre, le musée du Quai Branly présente le résultat d’un travail de recherche collectif avec le Sénégal et la Suisse : Replay ! Dakar 66. Un hommage au premier grand événement culturel organisé en Afrique après les Indépendances, le Festival Mondial des Arts Nègres, à Dakar, en 1966. Des journées d’études consacrées aux différents fonds audiovisuels liés au festival. L’ensemble est transmis en direct sur la chaîne Youtube du musée et les films du cycle cinéma sont accessibles gratuitement sur FestivalScope.

Du 22 septembre au 3 octobre, le Festival des francophonies Les Zébrures d’automne ouvrira ses portes dans les salles et les rues de Limoges. L’édition 2021 sera plus particulièrement dédiée à l’Asie et le Moyen-Orient. Mais, parmi les treize créations se trouvent aussi des auteurs africains, par exemple Les enfants hiboux ou les petites ombres de la nuit écrit et mis en scène par Basile Yawanké ou Il pleut des humains sur nos pavés de Serdjo Giovanni Houansou, qu’il mettra aussi en scène.

Les États généraux du livre en langue française dans le monde auront lieu en Tunisie, les 23 et 24 septembre, à la Cité de la Culture de Tunis. Une participation à distance est également prévue pour suivre les discussions autour des problématiques de l’accès au livre et à la lecture pour tous les publics, le renforcement de la création e la diffusion et la circulation des livres, des œuvres et des auteurs de langue française.

Le 23 et 24 septembre aura lieu l’African Creative Meeting. Organisé en ligne, dans le cadre de la Saison Africa2020, cet événement, unique en son genre, réunit 115 porteurs de projets africains et « met l’accent sur les talents et initiatives des industries créatives africaines », dont le jeu vidéo, l’e-sport, l’animation et les arts graphiques.

La première édition du Salon du livre africain de Paris aura lieu du 24 au 26 septembre, à la Mairie du 6e arrondissement. Plus de cinquante éditeurs et près de 200 auteurs sont attendus. Parmi les points forts : l’attribution du Prix Senghor 2021 du premier roman francophone et francophile, organisé par la Plume Noire, à Annie Lulu pour son roman La mer noire dans les grands lacs (Ed Juillard). De nombreuses tables rondes sont également au programme : « Comment s’écrivent les femmes africaines dans la littérature contemporaine ? » ; « Ecriture cinématographique, écriture romanesque », rencontre avec Mahamat-Saleh Haroun, réalisateur et auteur d’un premier roman Djibril ou les ombres portées (Ed Continents noirs) ; « La restitution des objets d’art africain, des solutions existent », avec Christian Kader Keita, auteur de Sur le chemin de la restitution des œuvres aux africains (Ed Sydney Laurent).

Le 26 septembre sera décerné à Limoges, dans le cadre du festival Les Zébrures, le Prix Théâtre RFI 2021 sous la présidence de l’écrivaine sénégalaise Ken Bugul. Pour la 8e édition, douze textes inédits ont été présélectionnés pour leurs qualités littéraires, dramaturgiques et leur originalité.

La Metropolitan Opera de New York ouvre le 27 septembre sa saison 2021/2022 avec à l’affiche pour la première fois un opéra composé par un musicien afro-américain : Fire Shut Up in My Bones de Terence Blanchard, célèbre trompettiste et compositeur attitré pour les films du cinéaste afro-américain Spike Lee. Son second opéra raconte l’histoire d’un garçon noir dans le sud des États-Unis confronté au racisme, à la violence et à la recherche de son identité sexuelle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI