Philippe Lacôte: «La prison est une société à part entière»

« La nuit des rois », de Philippe Lacôte.
« La nuit des rois », de Philippe Lacôte. © Les Films du Losange

« La nuit des rois » nous entraîne en Côte d’Ivoire. Son auteur, Philippe Lacôte, signait, voici huit ans, un premier long métrage, « Run », centré sur ses thèmes de prédilection : le pouvoir et ses excès. Son nouveau film est sorti cette semaine en France et se déroule dans une immense ville prison, le pénitencier de la Maca, à Abidjan.

Publicité

Roman, un jeune pickpocket arrive à la Maca. Aussitôt il est repéré par Barbe Noire, le chef des détenus, qui le désigne illico conteur officiel de la prison.

Philipe Lacôte a puisé dans ses souvenirs, mais il a aussi travaillé à la façon d’un anthropologue pour raconter le quotidien de la Maca. « Quand j’étais enfant, ma mère a été emprisonnée, pour des raisons politiques, à la Maca, pendant une année, du côté des femmes. Je suis allé voir beaucoup d’amis, des frères… J’ai fait un tour des centrales aussi pour montrer un film. La prison est un espace qui m’intéresse, que j’aime observer, parce que je considère que c’est une société à part entière. »

Précis comme un documentaire, construit comme un thriller, La nuit des rois est aussi une métaphore de la vie politique africaine, avec son chef vieillissant menacé par une bande de jeunes rebelles qui convoitent son pouvoir. Autant de niveaux qui font le prix de ce film formidable et puissant qui nous tient constamment sur le fil du rasoir.

► Écouter aussi l'émission Tous les cinémas du monde avec Philippe Lacote sur La Nuit des rois

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI