L'Arc de triomphe empaqueté par Jeanne-Claude et Christo, un moment éphémère

La ministre française de la Culture Roselyne Bachelot, la maire de Paris Anne Hidalgo, le président français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron assistent à l'inauguration de l'Arc de triomphe enveloppé, conçu par l'artiste Christo, à Paris, le 16 septembre 2021.
La ministre française de la Culture Roselyne Bachelot, la maire de Paris Anne Hidalgo, le président français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron assistent à l'inauguration de l'Arc de triomphe enveloppé, conçu par l'artiste Christo, à Paris, le 16 septembre 2021. REUTERS - POOL

L'empaquetage de l'Arc de triomphe à Paris par l'artiste Christo est quasiment terminé. Cette œuvre posthume de l’artiste plasticien bulgare décédé l'an dernier et de son épouse Jeanne-Claude a été inaugurée ce jeudi après-midi par le chef de l'État Emmanuel Macron. 

Publicité

Cela faisait plusieurs dizaines d’années que Christo rêvait d'empaqueter l'Arc de triomphe. « Christo disait à propos de ce projet, que le monument se trouvant situé sur une colline et donc exposé au vent, le tissu va bouger, sa couleur va changer selon la lumière et qu'il va prendre une dimension sensuelle comme un être vivant que les gens auront du plaisir à toucher. Le public va être invité à la fois à une expérience visuelle et sensorielle », assure Laure Martin, une proche de Christo et de son épouse. C’est elle qui a présidé ce projet de l’Arc de triomphe.

L'œuvre d'art a nécessité 25 000 m² de tissu recyclé argent bleuté maintenu par 3 000 mètres de corde rouge. Son coût de 14 millions d'euros a été entièrement autofinancé grâce à la vente d'œuvres originales de l’artiste.

« Venir vivre le moment, l'apprécier, le critiquer... »

Ce jeudi matin, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a décrit cette œuvre comme « un formidable présent aux Parisiens, aux Français et à tous les amateurs d'art ». 

Bruno Cordeau, l’administrateur de l’Arc de triomphe, appelle quant à lui les Français à profiter de ce moment éphémère puisque l’œuvre d’art ne sera visible que jusqu’au 3 d’octobre. « L'occasion qui nous est donnée, c'est de nous réunir tous ensemble autour d'une œuvre d'art et sans risque puisque finalement elle va disparaître de toute façon, souligne-t-il. Donc il faut venir vivre le moment, l'apprécier, le critiquer, peu importe. Et puis on retrouvera l'Arc tel qu'il est, tel qu'on le connaît, tel qu'on l'aime, tel qu'il existe depuis près de deux siècles maintenant. »

L'Arc de triomphe empaqueté sera ouvert au public samedi. Pour lui permettre de se rendre plus facilement sur les lieux, la place de l'Étoile, un des points cardinaux de la capitale, sera fermée à la circulation tous les week-ends jusqu'à début octobre, date du démantèlement.

Avant l'Arc de triomphe Christo et sa femme Jeanne-Claude ont sublimé d'autres monuments aussi bien à Paris – le pont Neuf en 1985 – qu’à Sidney,  Chicago ou Berlin notamment.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI