Cinéma

Festival de San Sebastian: les femmes à l'honneur

Clap de fin sur la 69e édition du festival de San Sebastian avec le grand prix, la Concha d'or, remis à la réalisatrice roumaine Alina Grigore (G), ici en compagnie de sa productrice Gabi Suciu (D). Le 25 septembre 2021.
Clap de fin sur la 69e édition du festival de San Sebastian avec le grand prix, la Concha d'or, remis à la réalisatrice roumaine Alina Grigore (G), ici en compagnie de sa productrice Gabi Suciu (D). Le 25 septembre 2021. REUTERS - VINCENT WEST

Après une semaine de projections auxquelles s'est pressé un public toujours nombreux et fidèle, le rideau est retombé sur la 69e édition du festival international du film de San Sebastian avec l'annonce du palmarès. Chaque année apporte son lot de surprises avec des récompenses pour des films inattendus. C'est le cas encore pour cette nouvelle édition qui met les femmes à l'honneur puisqu'elles raflent la plupart des principaux prix. 

Publicité

De notre envoyée spéciale à San Sebastian,

Comme à Berlin, les responsables du festival avaient décidé de ne plus décerner désormais un prix d'interprétation masculine ni un prix d'interprétation féminine pour les rôles principaux mais un prix dégenré et ce sont deux comédiennes qui ont raflé ex-aequo ce prix : la Danoise Flora Ofelia Hofmann LIndahl pour As in Heaven et la productrice et comédienne américaine Jessica Chastain pour The eyes of Tammy Faye, film dans lequel elle interprète -époustouflante- le rôle d'une télévangéliste. Coup double pour le film danois puisque sa réalisatrice, Tea Lindeburg, a elle été saluée du prix de la meilleure réalisation pour cette histoire d'une jeune adolescente de 14 ans, à la fin du XIXe, dont la vie bascule alors que sa mère donne naissance à un nouvel enfant.

Le grand prix du festival, la Concha d'or a été décerné au film Crai Nou (Blue Moon) de la jeune réalisatrice roumaine Alina Grigore. Comme une passation de flambeau pour la présidente du jury du festival, la réalisatrice géorgienne Dea Kulumbegashvili dont le film Beginning avait provoqué la surprise l'an dernier en remportant plusieurs prix. Un prix qui conforte la vitalité du cinéma roumain, d'ailleurs Alina Grigore a travaillé avec plusieurs de ses chefs de file dont Christi Puiu, en tant que comédienne, ou aussi Adrian Sitaru. C'est la troisième fois d'ailleurs que le premier prix du festival est décerné à une première œuvre puisqu'avant Beginning, qui était un premier film, le festival avait récompensé en 2019 Pacificado sur une favela de Rio, de l'Américain Paxton Winters.

Festival international du film de San Sebastian: la réalisatrice française Lucile Hadzihalilovic a remporté le prix spécial du jury pour Earwig. Le 25 septembre 2021.
Festival international du film de San Sebastian: la réalisatrice française Lucile Hadzihalilovic a remporté le prix spécial du jury pour Earwig. Le 25 septembre 2021. © FFISS Montse Castillo

Autres réalisatrices couronnées cette année, la Française Lucile Hadzihalilovic pour Earwig qui remporte le prix spécial du jury, et la Russe Lena Lanskih -dont c'est le premier long métrage- celui de la section « Nouveaux réalisateurs/rices » avec Unwanted, qui raconte l'histoire forte et émouvante d'une jeune fille de 14 ans, maman d'un bébé non désiré. Pour Lucile Hadzihalilovic, chaque festival de San Sebastian est l'occasion d'une récompense puisque c'est sa troisième participation et que les deux premières, pour Innocence et Evolution, avaient chacune été récompensées d'un prix.

On peut encore signaler le prix de la photographie attribué à la Française Claire Mathon (déjà remarquée pour de nombreux films comme Portrait de la jeune fille en feu ou Spencer, le dernier film de Pablo Larrain), le prix du public -et les louanges des critiques- attribué à Céline Sciamma, autre habituée des récompenses de San Sebastian, pour son film Petite maman, présenté dans la section Perlak, une sélection des films « coup de cœur » de l'année. Une histoire qui interroge les relations mère-enfant, la maternité à travers le regard de la petite Nelly, huit ans, qui comme Alice s'aventure de l'autre côté du miroir.

Festival international du film de San Sebastian: quelques unes des lauréates de cette 69 édition, le 25 septembre 2021: les Danoises Flora Ofelia Hofmann Lindahl et Tea Lindeburg, Jessica Chastain et les Roumaines Gabi Suciu et Alina Grigore.
Festival international du film de San Sebastian: quelques unes des lauréates de cette 69 édition, le 25 septembre 2021: les Danoises Flora Ofelia Hofmann Lindahl et Tea Lindeburg, Jessica Chastain et les Roumaines Gabi Suciu et Alina Grigore. REUTERS - VINCENT WEST

Des films donc qui questionnent la famille, la filiation et les relations mère-fille (c'est le cas aussi de Noche de fuego qui a gagné le prix Horizontes latinos) ont été préférés à d'autres que l'on donnait grands favoris, au propos plus politique comme Maixabel d'Iciair Bollain sur le pardon avec en toile de fond le terrorisme au pays basque ou Arthur Rambo de Laurent Cantet. Quoique, comme le faisait remarquer Alina Grigore, récompensée de la Concha d'or, les histoires de famille racontent aussi un pays et à travers son récit d'une famille dysfonctionnelle, brouillonne et violente à laquelle les deux sœurs essaient d'échapper, c'est aussi la Roumanie qu'elle met en scène.

 

Les principaux prix : 

Concha d'or pour Crai Nou (Blue Moon), de Alina Grigore.

Prix spécial du jury Earwig, de Lucile Hadzihalilovic.

Concha d'argent de la meilleure réalisation: Tea Lindeburg, pour As in Heaven

Meilleure interprétation dans un premier rôle: ex aequo para Flora Ofelia Hofmann LIndahl pour As in Heaven et Jessica Chastain pour The eyes of Tammy Faye.

Meilleure second rôle: tous les acteurs du film Quién lo impide de Jonás Trueba.

Meileur scénario: Terence Davies, pour Benediction.

Meilleure photographie: Claire Mathon, pour Enquête sur un scandale d’Etat de Thierry de Peretti.

Prix FIPRESCI: Quién lo impide, de Jonás Trueba.

Prix du public: Petite Maman, de Céline Sciamma.

Prix Horizontes: Noche de fuego, de Tatiana Huezo.

Prix Nouveaux réalisateurs: Nich'ya, de Lena Lanskih.

Prix Zabaltegi / Tabakalera: Vortex, de Gaspar Noé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI