Economie

Des anciens cadres de Chrysler perdent des millions

Une agence Chrysler, dans le Massachusetts, le 30 avril 2009.
Une agence Chrysler, dans le Massachusetts, le 30 avril 2009. Reuters/ Brian Snyder

Plusieurs centaines d'anciens cadres du constructeur américain Chrysler ont eu la mauvaise surprise d'apprendre la disparition d'une partie de leurs cotisations de retraite. Une évaporation qui a eu lieu au moment du dépôt de bilan de Chrysler au plus fort de la crise économique en 2009.

Publicité

Une centaine de millions de dollars, c'est l'évaluation faite par 450 anciens cadres de Chrysler qui dans la débâcle de l'entreprise ont perdu, outre leur poste, une bonne partie de la retraite complémentaire maison qu'ils espéraient bien se constituer. Ces responsables de haut niveau, parmi lesquels figure l'ancien patron de Chrysler, attaquent en justice les anciens propriétaires du constructeur au moment de la crise, l'allemand Daimler et le fonds d'investissement Cerberus.

D'après les plaignants, les cotisations qu'ils avaient accumulées n'ont pas été transférées comme cela aurait dû être le cas à la nouvelle société Chrysler, née après le dépôt de bilan en mai 2009. Quant au fonds d'investissement Cerberus qui s'est retiré de Chrysler pour en laisser le contrôle à l'italien Fiat, il est accusé de ne pas avoir sauvegardé le montant de ces cotisations. Elles ont donc servi selon toute probabilité à rembourser les créanciers du constructeur en faillite. Les cadres lésés précisent qu'ils ne veulent pas nuire à l'avenir de la nouvelle société Chrysler, qui n'est donc pas concernée par leur plainte.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail