Grèce

Crise économique: la Grèce doit faire davantage d'efforts

Les représentants du FMI, Poul Thomsen (g), de l'Union européenne, Servaas Deroose (c) et de la BCE, Klaus Masuch (d), à Athènes, le 11 février 2011.
Les représentants du FMI, Poul Thomsen (g), de l'Union européenne, Servaas Deroose (c) et de la BCE, Klaus Masuch (d), à Athènes, le 11 février 2011. Reuters/Yiorgos Karahalis

La Grèce va devoir faire encore plus d'efforts pour sortir de la crise des finances publiques qui l'ont contrainte à demander l'aide du FMI et de l'Union européenne.

Publicité

Le FMI et l'Union européenne qui aident la Grèce à surmonter sa crise des finances publiques reconnaissent les efforts qui ont déjà été consentis. Mais ces efforts ne sont pas encore suffisants et la Grèce va devoir aller plus loin.

Pour continuer à percevoir les aides qui lui ont été consenties par ces institutions la Grèce va devoir accélérer encore le rythme des réformes et notamment son programme de privatisations. Le gouvernement grec prévoyait de privatiser pour 7 milliards d'euros d'entreprises publiques d'ici 2013, l'objectif est relevé à 15 milliards, soit plus du double, durant la même période et ce sera même 50 milliards d'euros d'ici 2015.

Les représentants du FMI et de l'Union européenne qui effectuaient leur troisième voyage d'inspection dans le pays ont estimé ce plan faisable et réaliste. Les réformes nécessaires ne s'arrêtent cependant pas là et la Grèce devra aussi réorganiser son administration fiscale, restructurer le secteur bancaire et mieux contrôler les dépenses publiques notamment dans le secteur de la santé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail