Accéder au contenu principal
Internet

Renren, le Facebook chinois, coté à Wall Street

Page d'accueil du site Renren.com
Page d'accueil du site Renren.com Renren.com
Texte par : Myriam Berber
3 mn

Le réseau social chinois Renren est entré en fanfare, mercredi 4 mai 2011, en Bourse à New York. Un succès qui montre l’engouement des investisseurs pour le Web chinois. La Chine, c’est près de 400 millions d’internautes.

Publicité

L’introduction sur le marché de Renren a de quoi faire rêver son concurrent américain Facebook. Introduit à 14 dollars, l’action du réseau social chinois a atteint un maximum de 24 dollars dans le courant de la journée pour terminer la séance à 18 dollars, soit un gain de près de 29%. L’opération a permis de lever 743 millions de dollars, ce qui valorise l’entreprise à plus de 7 milliards de dollars. Il s’agit du premier grand réseau social à entrer en Bourse, celle de Facebook n’est pas attendue avant de 2012 et celle de Twitter n’a jamais été évoquée officiellement.

Le réseau social chinois, Renren, ressemble beaucoup à Facebok, tant au niveau de l’apparence que des fonctionnalités. Crée en 2005 par des étudiants, il s’appelait avant Xianoei (« Sur le campus ») avant d’adopter son nom actuel Renren qui signifie « tout le monde » en mandarin. C’est aujourd’hui le réseau social le plus populaire en Chine. Il revendique 160 millions d’utilisateurs, mais seulement 30 millions de comptes sont réellement actifs. Son concurrent Facebook totalise, lui, près de 600 millions d’utilisateurs dans le monde, mais il est bloqué par la censure gouvernementale chinoise.

La plus grande communauté d’internautes

Le principal actionnaire de Renren est le groupe Télécom japonais SoftBank qui a acheté 14% du capital en 2008. D’autres sites communautaires chinois, Tianya un hébergeur de blogs, Douban et Kaixin 001, des sites de partage de contenus se partagent ce marché très compétitif. Le nombre d’internautes chinois ne cesse, en effet, d’augmenter: 420 millions au 30 juin 2010 selon le China Internet Network Information Center (CNNIC). La Chine constitue maintenant la plus grande communauté d’internautes du monde, devant les Etats-Unis.

Ce chiffre devrait encore augmenter dans les prochaines années, puisque la République populaire dit vouloir doter 45% des 1,3 milliard de Chinois d’un accès Internet dans les cinq ans. Un potentiel phénoménal qui aiguise les appétits des géants du Net. Seul bémol, les entreprises étrangères voulant s’implanter dans le pays doivent travailler sous le contrôle des autorités.

Le filtrage des contenus

Les moteurs, les blogs et les réseaux sociaux sont, en effet, tous contrôlés pour protéger la sécurité de l’Etat. On se souvient évidemment de l’affaire Google contre la censure chinoise en mars 2010. Pour ne pas se plier aux exigences de Pékin, le groupe américain avait fait rediriger automatiquement les internautes chinois vers son site de Hong-Kong, un moteur de recherche non censuré.

Autre problème pour les entreprises étrangères : la forte concurrence locale. Google détient aujourd’hui 30% du marché chinois contre 60% pour le portail local Baidu, le moteur de recherche le plus utilisé par les Chinois, le plus docile également. Baidu.com, a bâti sa croissance sur un modèle économique déjà éprouvé par Google, à savoir un moteur de recherche alimenté par les revenus publicitaires en ligne. Son fondateur et directeur, Robi Li, est devenu l’an dernier l’homme le plus riche de la Chine avec une fortune personnelle estimée à 6,5 milliards d'euros.

Pour en savoir plus :

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.