Suisse

Crédit Suisse exile ses clients américains off-shore dans une filiale

Le Crédit Suisse est confronté à un choix difficile vis-à-vis de cette clientèle particulière.
Le Crédit Suisse est confronté à un choix difficile vis-à-vis de cette clientèle particulière. REUTERS/Arnd Wiegmann
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La banque Crédit Suisse a décidé de créer une « bad bank » - littéralement une mauvaise banque - selon le journal suisse Tages Anzeiger. Une mauvaise banque un peu particulière, non pas pour isoler des actifs douteux avec des risques de perte importants, mais pour regrouper tous les fonds américains off-shore. Des fonds de clients qui ne résident pas en Suisse et qui sont dans le collimateur du fisc américain.

Publicité

Il s'agit d'amoindrir les conséquences en cas de poursuites judiciaires. Selon le Wall street journal, les autorités américaines et Crédit Suisse seraient sur le point de conclure un accord. La banque plaiderait coupable pour évasion fiscale aux Etats-Unis et serait prête à verser un milliard de dollars. Si cette hypothèse se vérifie, ou si les Etats-Unis décident de traîner Crédit Suisse en justice, la filiale CS International Advisors AG endosserait, alors, le mauvais rôle.

Limiter l'impact sur l'image de marque

Pour Eric Delannoy, spécialiste des questions bancaires et vice-président du cabinet Weave, c'est un moyen de limiter l'impact sur l'image de la marque Crédit Suisse. « Si dans une banque comme Crédit Suisse, vous avez des pontes sur lesquels vous êtes susceptible d'avoir des problèmes, notamment avec le fisc américain, et donc sur lesquels vous êtes susceptible d'avoir des pertes, cela peut remettre en cause l'intégralité de la confiance que peuvent faire les autres clients dans la banque, explique-t-il. Les isoler, c'est isoler le problème. »

Une opération communication par le silence, donc. Mais pour Eric Delannoy, une telle pratique risque de faire baisser la note de satisfaction de la clientèle transférée dans cette filiale. Une clientèle qui a rapporté à la banque et qui se retrouverait mise à l'isolement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail