France / BNP Paribas

La BNP au menu du dîner Hollande-Obama

La façade du siège de BNP Paribas, à Paris, en mai 2014.
La façade du siège de BNP Paribas, à Paris, en mai 2014. REUTERS/Charles Platiau

Le gouvernement français, qui s'inquiète des menaces de sanctions contre la BNP Paribas, va profiter de la venue de Barack Obama en France, à l'occasion des cérémonies de commémoration du Débarquement, pour monter au créneau sur le sujet.

Publicité

Le dossier BNP Paribas sera au menu du dîner organisé jeudi soir entre François Hollande et Barack Obama, à l'occasion des commémorations du 70e anniversaire du Débarquement en Normandie. Les menaces de sanctions contre la banque française inquiètent Paris : la banque française, accusée par les États-Unis d'avoir réalisé des opérations avec des pays sous embargo, est menacée d'une pénalité de plus de dix milliards de dollars et d'une suspension de ses activités aux États-Unis.

Le président français aurait même déjà écrit à son homologue américain pour dénoncer une amende disproportionnée. Laurent Fabius et Michel Sapin, deux poids lourds du gouvernement, ont quant à eux fait part de leur intention de suivre de près l'affaire et de veiller à ce que la sanction soit équitable. Car si l'amende devait atteindre la somme de dix milliards d'euros évoquée, la première banque française pourrait se retrouver en situation délicate.

Le gouvernement a donc décidé de mettre la pression publiquement sur les autorités américaines, et estime que tous les moyens sont bons pour y parvenir, notamment la menace de suspendre les négociations en cours entre l'Europe et les États-Unis sur le traité transatlantique – auquel Barack Obama tient beaucoup. Un bras de fer est engagé.

■ L'affaire vue par les médias américains

François Hollande qui écrit à Barack Obama, Laurent Fabius qui appelle son homologue John Kerry, le gouverneur de la banque de France qui se déplace à New York pour rencontrer le procureur Vance. Toutes ces interventions sont relatées au quotidien dans la presse américaine.

Le titre du New York Times, « Les officiels français tentent de tordre des bras dans l’enquête bancaire », résume l’état d’esprit des commentaires. Le quotidien fait notamment référence à l’intervention du ministre français des Affaires étrangères, qui a mis dans la balance le traité de coopération transatlantique.

La presse s’émeut aussi du déplacement du gouverneur de la banque de France : une intervention qui illustre bien le fossé culturel qui existe entre Paris et Washington, écrit un journaliste.

C’est pourtant John Kerry qui a pris la parole sur ce dossier mercredi, lors d’un déplacement au Liban. Le secrétaire d’Etat a plaidé pour une solution « juste et adéquate ». Et c’est bien ce que demande la France.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail