Europe / Transports

Les taxis européens en grève contre les VTC

Des Black Cabs à l'arrêt, à Londres.
Des Black Cabs à l'arrêt, à Londres. Gettyimages

Les taxis manifestent ce mercredi en Europe, contre les compagnies de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), type Uber - société qui pèse désormais 17 milliards de dollars -, dont ils jugent la concurrence déloyale. A Londres, des dizaines de milliers de taxis vont créer un embouteillage géant autour de la grande artère touristique de Trafalgar Square afin de faire pression sur les pouvoirs publics britanniques. Une mobilisation est également annoncée en France.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Comme dans d’autres villes européennes, les taxis londoniens, les célèbres Black Cabs, partent ce mercredi en guerre contre la société américaine Uber et son application qui permet d’appeler en quelques secondes le taxi le plus proche depuis un smartphone.

Accent cockney à couper au couteau, la soixantaine, Steve Clarke est chauffeur de taxi depuis 27 ans et il est intarissable sur les méfaits de la compagnie Uber :

« Ils menacent notre gagne-pain. Uber casse les prix, ils proposent des courses moitié prix pour convaincre les gens d’utiliser leur système et après, ils vont augmenter leurs tarifs… »

Autre problème, n’importe qui peut s’improviser taxi avec cette application et calculer le tarif d’une course en fonction du temps et de la distance, ce qui revient à utiliser un taximètre. Or seuls les chauffeurs de Black Cab y ont droit, après avoir passé au bout de cinq années d’études un examen appelé « The Knowledge » (« Le Savoir »). Dereck O’Riley dirige la plus grande école de taxis noirs de Londres : « Le Knowledge est spécifique à Londres. C’est la seule ville au monde à avoir un diplôme aussi complet. Un candidat doit tout connaître dans un rayon de 10 km : l'ensemble des rues et des endroits où veulent se rendre ses clients. J’ai dans la tête une véritable carte vivante et c’est ce que nos élèves s’efforcent d’acquérir… »

En attendant une décision de la Haute Cour de Justice, les Black Cabs veulent donc, par le biaias de cette action spectaculaire à Trafalgar Square, que les Londoniens prennent conscience des agissements d’une compagnie agressive et sans scrupules.

« Apeurés par l'open data »

Le son de cloche ne varie guère en France. En trois ans, les VTC ont raflé un quart du marché du transport de personnes. Sept fédérations de taxis appellent à la mobilisation contre les propositions de loi formulées par le député PS Thomas Thévenoud pour apaiser la grogne. Le rapport Thévenoud avait été remis au Premier ministre en avril dernier. Il préconise un plus stricte encadrement des VTC, qui ont profité de la pénurie des taxis aux heures de pointe pour se développer. Le rapport prévoit d'augmenter le nombre de taxis et de privilégier la maraude en équipant les chauffeurs de taxis de système de géolocalisation, l'open data.

Des propositions soutenues par l’intersyndicale des taxis, très mobilisée au début de l'année et qui ne partage pas les inquiétudes des fédérations. « Ils sont apeurés, explique Karim Assnoun, délégué CGT, par l'une des propositions du député Thévenoud : l'open data. L'open data, c'est ce qui va permettre au client d'avoir plus facilement accès aux taxis, sans passer par un intermédiaire. Donc les centraux radio se sentent menacés, ils facturent des abonnements assez cher aux taxis. Nous n'avons pas appelé à la manifestation, car cela va être une très bonne chose pour le service des taxis, pour les usagers, pour les chauffeurs de ne plus passer par ces centraux radios. »

Parmi les propositions phares du rapport figure une voie réservée aux taxis sur les autoroutes reliant Paris aux aéroport d’Orly et de Roissy Charles-de-Gaulle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail