Economie

Economie: embellie aux Etats-Unis, perspectives plus moroses en France

Un homme regardant un tableau proposant des offres d'emplois à San Francisco.
Un homme regardant un tableau proposant des offres d'emplois à San Francisco. REUTERS/Robert Galbraith
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le chômage aux Etats-Unis recule de manière spectaculaire au mois de juin. Ce qui éloigne les inquiétudes du début de l'année, liées au coup de froid de l'économie du pays. En France, le FMI douche au contraire les espoirs d’une reprise rapide.

Publicité

Le marché du travail américain montre des signes d'amélioration. En juin, le taux de chômage s'est replié de 0,2 point par rapport à mai pour s'établir à 6,1%. C'est son plus bas niveau depuis près de six ans. Le pic de 10% atteint en octobre 2009, à l'heure où la première économie mondiale se débattait dans la crise financière, est donc relégué au rang de mauvais souvenir. La tendance de fond vertueuse semble se dessiner pour les Etats-Unis.

L'embellie de juin a été rendue possible grâce à une forte création d'emplois, notamment dans les services professionnels et commerciaux. Une progression de l'emploi a aussi été enregistrée dans le commerce de détail, les services alimentaires et les soins de santé, selon le département du Travail. Entre avril et juin, 272 000 emplois nets ont été créés, alors que la moyenne dépassait péniblement les 200 000 au cours des douze derniers mois. Et c'est le secteur privé, qui a absorbé la quasi-totalité de ces nouveaux emplois.

La croissance française ne dépassera pas les 0,7%

Le Fonds monétaire international se montre en revanche peu optimiste pour la croissance et le chômage en France. L’institution de Washington a abaissé ce jeudi 3 juillet ses prévisions économiques pour l’hexagone. Pour le FMI, la croissance française ne dépassera pas en effet les 0,7% cette année. La même institution avait pourtant prédit une croissance de 1% lors de sa précédente prévision en avril conforme aux prévisions du gouvernement. Le Fonds monétaire enfonce même le clou. Il n’attend pas d’amélioration notable des chiffres du chômage avant 2016. Il voit ensuite une baisse plus significative à l’horizon 2019.

Pour l'institution basée à Washington, la France va rater ses objectifs de déficit. Elle estime le déficit public à 4% du PIB cette année au lieu de 3,8% espérés par Paris. Le FMI passe aussi un message : réformer sans plus d’austérité. Car s’il salue l’ensemble des réformes entreprises et encourage le gouvernement à tenir le cap, il déconseille à la France de renforcer encore les politiques de rigueur afin d’éviter un ralentissement de l’économie. Enfin dans son rapport le Fonds monétaire plaide pour plus de flexibilité du marché du travail et une plus grande ouverture à la concurrence de certains marchés.

→ À (RE)LIRE : France: l’Insee ne prévoit pas de baisse du chômage d’ici fin 2014

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail