Accéder au contenu principal
Economie

Amazon, féroce négociateur, casse les prix

Amazon, le géant américain de l’e-commerce, va désormais facturer ses frais de livraison en France.
Amazon, le géant américain de l’e-commerce, va désormais facturer ses frais de livraison en France. Reuters/Michael Dalder
3 mn

Amazon, le géant américain de l’e-commerce, va désormais facturer ses frais de livraison en France: un centime d’euro la commande ! Une parade pour contourner la loi qui interdit de cumuler livraison gratuite et remise de 5% sur le prix des livres. Amazon, négociateur impitoyable, jusque dans ses conflits avec les éditeurs.

Publicité

Votée en juin dernier, la loi « anti-Amazon » n’aura pas fait long feu ! Amazon, le mastodonte américain, détient les deux tiers des ventes de livres en ligne. Pour l’empêcher d’étouffer les libraires indépendants du commerce électronique, le gouvernement français a décidé d’interdire le cumul d’une remise de 5% sur les livres et la gratuité des frais de port. Après avoir menacé d’exercer un recours auprès de la Commission européenne pour « discrimination », Amazon a donc trouvé une parade : établir les frais de livraison en France à … un centime d’euro par commande. Le montant minimum autorisé par la loi. Autant dire presque rien !

La loi « anti-Amazon » inutile ?

Dans le milieu, la proposition du géant de l’e-commerce n’a surpris personne. Le ministère de la Culture a même déclaré que la loi était avant tout « symbolique ». « Il fallait affirmer que la livraison avait un véritable coût. C’est fait. »

Le texte de loi a été voté dans un contexte de crise après les faillites de Virgin et de Chapitre, il a été ensuite adopté de justesse à Bruxelles, la Commission européenne ayant de gros doutes sur sa pertinence.

Dans les faits, cette loi, n’aura pas changé grand-chose. Si ce n’est donner des idées à d’autres : le Lyonnais Decitre et la FNAC, deuxième vendeur de livres en France, vont eux aussi facturer la livraison des livres un centime d’euro.

Bras de fer entre Amazon et Hachette

Dans un bras de fer qui l’oppose à l’éditeur Hachette, Amazon n’hésite pas, là encore, à casser les prix ! Depuis mai 2014, les deux entreprises sont en conflit sur la manière de répartir les bénéfices de ventes de livres électroniques. A tel point qu’Amazon a retardé la livraison de plusieurs ouvrages publiés par la maison d’édition et a même suspendu les préventes.

Des centaines d’auteurs ayant crié au scandale (Stephen King, Donna Tartt…), Amazon, grand seigneur, a proposé un deal défiant toute concurrence : céder aux auteurs 100% du produit des ventes numériques.

En d’autres termes, ni Amazon, ni Hachette, ne toucherait le moindre dollar, le temps de régler leur différend ! Le géant de l’e-commerce, qui détient les deux tiers du marché du livre électronique, ne peut pas en effet se permettre de faire durer le bras de fer.

Mais Hachette refuse. Un tel pacte le pénalise bien plus que son adversaire, qui réalise 75 milliards de chiffre d’affaires global. Face à la main mise d’Amazon, certaines maisons d’édition aux Etats-Unis, comme Harper & Collins, ont décidé de relancer leur propre site de ventes sur Internet.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.