Etats-Unis

Washington veut lutter contre l’évasion fiscale des entreprises

Le président américain, Barack Obama, lors d'un discours sur la fiscalité, à la Maison Blanche, en décembre 2012.
Le président américain, Barack Obama, lors d'un discours sur la fiscalité, à la Maison Blanche, en décembre 2012. REUTERS/Kevin Lamarque
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les Etats-Unis sont victimes, eux aussi, de l'exil fiscal de leurs entreprises. Ces dernières années, de nombreux groupes ont en effet installé leur résidence fiscale hors des Etats-Unis pour payer moins d'impôts. Comme bon nombre de pays, l'administration américaine veut lutter contre ce phénomène et récupérer son dû.

Publicité

Ces derniers mois, la fuite a pris des proportions assez inquiétantes. Depuis janvier, plus de quinze multinationales ont transféré leur résidence fiscale hors des Etats-Unis, en Irlande ou aux Pays-Bas où les taux d’imposition sur les sociétés sont jusqu'à trois fois moins élevé qu'aux Etats-Unis.

La semaine dernière encore, le géant pharmaceutique Mylan a racheté le laboratoire Abbott, déjà implanté aux Pays-Bas, pour y transférer sa résidence fiscale. C'est la manœuvre de l'inversion fiscale. Une entreprise achète une rivale à l'étranger. Elle accorde 20% des actions de la nouvelle entité aux actionnaires de cette dernière, et le tour est joué. Les impôts sont payés aux Pays-Bas mais la structure est toujours aux Etats-Unis.

A l’arrivée, ces stratégies causent un manque à gagner de plus de vingt milliards de dollars pour l'administration américaine. Afin d’enrayer la fuite, Washington souhaite changer les règles. L’acquéreur devra désormais céder 50% de la nouvelle entité à l’entreprise rachetée. Les patrons, eux, assurent que le meilleur moyen pour les Etats-Unis de garder leurs entreprises sur leur territoire serait tout simplement de baisser le niveau de l'impôt sur les sociétés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail