Economie

Le géant Netflix débarque en France et dans cinq autres pays européens

Le géant américain Netflix débarque en France ce lundi 15 septembre ainsi qu’en Allemagne, en Autriche, en Belgique en  Suisse, en Espagne et en Italie.
Le géant américain Netflix débarque en France ce lundi 15 septembre ainsi qu’en Allemagne, en Autriche, en Belgique en Suisse, en Espagne et en Italie. Netflix

La nouvelle inquiète les professionnels du secteur, réjouit les amateurs de films et de séries en tout genre : Netflix, le géant américain de la vidéo à la demande qui revendique 48 millions d’abonnés dans le monde, débarque en France et dans cinq autres pays européens ce lundi 15 septembre.

Publicité

Netflix a conquis l'Amérique, révolutionné la façon dont on regarde la télé dans plus de 40 pays et compte bien sur l'Europe pour porter sa croissance. Il faut dire que le marché auquel s'attaque l'Américain aujourd’hui a du potentiel : 120 millions de nouveaux foyers abonnés possibles, plus du double du nombre de clients que Netflix a déjà.

L'Américain a de bons arguments pour séduire : quantité de séries et de films à voir quand on veut où on veut, et autant de fois qu'on veut pour un prix à l'abonnement défiant toute concurrence : moins de 10 euros par mois, soit moitié moins que ce que proposent ses principaux rivaux en France, les chaines payantes Canal + et OCS, le bouquet d'Orange.

La bataille devrait se livrer sur le terrain du contenu. L'Américain a un temps d'avance avec un catalogue particulièrement bien fourni mais qui ne convaincra peut-être pas l'abonné allemand, français, ou belge. Sur le terrain aussi de la distribution de l'offre Netflix, qui n’est pas évidente en France. Un foyer sur quatre est équipé d'une box pour recevoir la télévision or aucun des principaux opérateurs n'a donné son accord pour le moment.


Netflix, manne pour les cinéphiles ou fin de l’exception culturelle française ?

C’est un bouleversement du paysage audiovisuel et cinématographique français qui s’annonce avec Netflix. Certains (et en tout premier lieu la nouvelle ministre de la Culture Fleur Pellerin) se réjouissent de ce large catalogue, proposé au consommateur à des prix attractifs, qui devrait permettre de réduire le piratage.

Il n’empêche : les professionnels paniquent face à ce géant qui va inonder les écrans français et dont le siège social sera basé à Amsterdam pour alléger sa facture fiscale. Leur inquiétude porte aussi sur les obligations de financement que Netflix n’aura pas à respecter, contrairement à ses homologues français.

Enfin, les plateformes de VOD hexagonales doivent attendre plusieurs dizaines de mois avant de pouvoir diffuser un film. Sur ce point Netflix a cédé : le site s’est engagé à respecter ce calendrier. Sachant que l’impact sera minime puisque son catalogue est composé aux deux tiers de séries, un genre qui échappe à cette régulation. Le groupe va d’ailleurs produire en 2015 sa première série française « Marseille », l’histoire d’une bataille au couteau pour la conquête de la mairie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail