Accéder au contenu principal
France

Le gouvernement présente son projet de budget 2014 revu et corrigé bis

Le ministre des Finances Michel Sapin a dû trouver des économies supplémentaires pour répondre aux attentes de Bruxelles.
Le ministre des Finances Michel Sapin a dû trouver des économies supplémentaires pour répondre aux attentes de Bruxelles. REUTERS/Charles Platiau
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le gouvernement français présente ce mercredi, en conseil des ministres, le projet de budget rectificatif pour 2014. Pour la deuxième fois, la France revoit sa copie. Celle qui fait figure de mauvaise élève à Bruxelles doit faire preuve de son sérieux budgétaire. Pour répondre aux attentes de la Commission européenne, le ministre des Finances Michel Sapin a dû trouver des économies supplémentaires. Fin octobre, il avait annoncé que le déficit public serait réduit en 2014 de 3,6 à 3,7 milliards d'euros de plus que prévu.

Publicité

Dans sa chasse aux économies, Bercy revoit ses prévisions de dépenses. Le ministre des Finances Michel Sapin devrait annoncer l'annulation de plus de deux milliards d'euros de crédit pour le budget 2014. Des économies qui se prolongeront sur le budget 2015. Par ailleurs, Bercy compte sur de nouvelles rentrées d'argent grâce à l'optimisation de ses recettes fiscales et grâce à la lutte contre la fraude. Sur ce poste, Bercy attend 900 millions d'euros.

Pas sûr que ces mesures suffisent à réduire le déficit public, car le Trésor doit faire face notamment au dérapage budgétaire du ministère de la Défense. Les opérations militaires françaises menées en Irak, au Mali et en Centrafrique ont grevé le budget. Dans la première mouture de la loi de finances, la dotation pour ces opérations extérieures était évaluée à 450 millions d’euros. Or, finalement, les dépenses dépasseront probablement le milliard d'euros.

Ce projet de budget rectificatif pour 2014 est déjà qualifié par certains de « fourre-tout », tant il contient une multitude de corrections censées rassurer la Commission européenne. Mais aussi parce que certaines mesures ne font pas l'unanimité, comme par exemple la nouvelle taxe sur les résidences secondaires.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.