Accéder au contenu principal
France / Economie

Martine Aubry monte à l'offensive contre la loi Macron

L'ex-adversaire de François Hollande à la primaire PS, Martine Aubry, voit «une régression» dans le projet d'extension du travail le dimanche.
L'ex-adversaire de François Hollande à la primaire PS, Martine Aubry, voit «une régression» dans le projet d'extension du travail le dimanche. REUTERS/Philippe Wojazer
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La loi Macron a été présentée mercredi en conseil des ministres. Elle prévoit de porter à douze le nombre de dimanches où il sera possible de travailler en échange d'une compensation. Trop aux yeux de nombreux socialistes, dont Martine Aubry, qui s'est fendue d'une tribune dans Le Monde pour dénoncer « une régression ». La maire de Lille, ex-adversaire de François Hollande à la primaire, lance l'offensive contre la politique sociale-libérale de Manuel Valls.

Publicité

Elle n'a pris personne en traître, mais elle a le sens du timing. Martine Aubry avait prévenu François Hollande qu'elle s'exprimerait publiquement contre l'extension du travail le dimanche. Elle l’a fait juste avant la conférence de presse de Manuel Valls, ce qui ne plaît pas à Razzy Hammadi, député socialiste favorable à la loi Macron.
« J’aurais préféré qu’on attende le débat parlementaire, pour savoir de quoi on parle, regrette-t-il. Je ne commente pas les positionnements ou ce qui peut apparaître comme une posture. »

Martine Aubry n'est pas députée. Prendrait-elle pourtant la tête de l'opposition à Manuel Valls ? L'un de ses proches, Christian Paul, dément mollement : « Quand on a des désaccords, on ne doit pas les chloroformer, on doit les exprimer, affirme-t-il. Ce n’est pas une guerre, c’est une confrontation d’idées. Et dans une démocratie, je crois qu’il est plutôt noble d’exprimer ses confrontations et non pas de les cacher. »

Martine Aubry à la tête de la fronde

A plus forte raison quand la tribune de Martine Aubry séduit bien au-delà des frondeurs, comme Olivier Faure, proche de Jean-Marc Ayrault. « La tribune de Martine Aubry me va très bien, elle rappelle de grands principes auxquels nous sommes tous attachés, indique-t-il. C’est une position du PS quasiment unanime. »

Pendant ce temps, évidemment, la droite se frotte les mains, à l'image du député UMP Daniel Fasquelle : « Martine Aubry prend un malin plaisir à prendre le contrepied de Manuel Valls et c’est plus que jamais la cacophonie au sein de la majorité, si tant est qu’il existe encore une majorité en France », se réjouit-il.

Verdict en janvier, quand la loi Macron arrivera devant les députés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.