France

Hollande «en ligne» avec l'Insee sur la croissance 2015

Le président François Hollande s'exprime devant la presse lors du Conseil européen à Bruxelles, le 18 octobre.
Le président François Hollande s'exprime devant la presse lors du Conseil européen à Bruxelles, le 18 octobre. AFP PHOTO / THIERRY CHARLIER

L'économie française devrait retrouver un peu de dynamisme en 2015 sous l'effet de la baisse de l'euro et du cours du pétrole. Cette note de conjoncture publiée par l’Insee n'a pas échappé à François Hollande. Le chef de l'Etat a jugé que ces estimations de croissance étaient « en ligne » avec celles du gouvernement pour 2015. L’institut national des statistiques estime pourtant que le chômage ne reculera pas en France.

Publicité

Dans le pire des cas, l’Insee prévoit une croissance de 0,7% en 2015. Un chiffre qui conforte les prévisions du gouvernement qui table sur une hausse d’1% du PIB.
François Hollande s'est dit « en ligne » avec ces prévisions. A Bruxelles, le président français n'a pas manqué de commenter cette information. Avec 0,7% de croissance acquise au 30 juin, « ça voudrait dire qu'on aurait fait pratiquement les deux tiers du chemin pour avoir 1% de croissance à la fin de l'année 2015 », a-t-il souligné en conférence de presse.

Mais cette légère reprise de l’activité ne sera pas suffisante pour enrayer la progression du chômage. « Dans notre scénario, nous prévoyons effectivement que l'activité accélère un petit peu, que les dispositifs de soutien à l'emploi permettront d'enrichir cet emploi, pour autant l'emlpoic marchand reculera encore un petit peu. Et au total, grâce au dispositif de contrats aidés permettront d'avoir une légère hausse de l'emploi, mais qui ne suffira pas à faire baisser le chômage », explique Vladimir Passeron, chef du département de la Conjoncture de l'Insee. L'Insee prévoit d'ailleurs une hausse du taux de chômage qui atteindrait 10,6% à mi-année. 

Et toujours selon l’Institut national des statistiques, si le cours du pétrole continue à baisser et si l’euro s’affaiblit davantage face au dollar, la croissance pourrait être encore supérieure aux prévisions actuelles.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail