Accéder au contenu principal
Chine / France

Un patron chinois invite 6400 de ses salariés en vacances

Les employés du groupe Tiens sur la Promenade des Anglais, à Nice, vendredi 8 mai 2015.
Les employés du groupe Tiens sur la Promenade des Anglais, à Nice, vendredi 8 mai 2015. AFP PHOTO / VALERY HACHE
Texte par : Patricia Lecompte
4 mn

Un PDG chinois invite ses 6 400 salariés en vacances en France. Un record. Jamais un voyage de cette importance n'a été organisé en France.

Publicité

Alors que la vieille Europe n'en finit pas d'enchaîner fermetures d'usines et licenciements, en Asie, des salariés chinois sont chouchoutés par leur patron. Ce patron, c'est Monsieur Li Jinyuan, président du conglomérat Tiens, une multinationale spécialisée dans le commerce, le tourisme, la finance et l’e-business. Milliardaire, et 24e fortune chinoise, Monsieur Li aime visiblement ses salariés au point de partir en vacances avec eux. Destination : la France pour quatre jours de détente, deux à Paris et deux à Nice, sur la Côte d'Azur. A l'occasion des 20 ans de son entreprise, Monsieur Li a voulu récompenser ses 6 400 meilleurs vendeurs.

Ce voyage exceptionnel nécessite une logistique à la hauteur. C'est à bord de 84 vols commerciaux que les salariés chinois ont débarqué le 5 mai à Paris. Un enjeu de taille pour les autorités françaises. Atout France, qui assure la promotion de la France à l'étranger, était sur le pied de guerre. Dès l'aéroport, les formalités et les transferts ont été pris en charge afin de faciliter leur arrivée. Rien n'a été laissé au hasard. Monsieur Li a même eu droit au tapis rouge : le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a reçu en personne l'homme d'affaires chinois en milieu de semaine, et salué son initiative, la qualifiant « d'extrêmement intéressante sur le plan culturel, sur le plan des échanges, sur le plan économique aussi ».

Un séjour hors norme

Si ce voyage est un défi pour les professionnels du secteur, il représente aussi une opportunité. Un congrès de cette ampleur rime avec business juteux. Tel Oncle Picsou dont les yeux brillent à la vue de ses dollars, les yeux des professionnels du tourisme s'illuminent tout autant quand des patrons chinois organisent leurs congrès à Paris. Des clients comme monsieur Li, ils en veulent tous les jours. Pour la venue de ce groupe hors norme, 30 000 nuitées dans 140 hôtels de trois ou quatre étoiles ont été réservées. Les directeurs, eux, ont préféré les palaces parisiens et monégasques.

Pour leur dîner dans la capitale, les salons d'un très grand pavillon près de l'Opéra Garnier ont été retenus. Le Musée du Louvre a été privatisé durant quelques heures. La SNCF leur a vendu 7 600 billets pour leur séjour à Nice où, le soir, un grand spectacle les attendait. Il faut également ajouter les frais liés à leur convention d'entreprise. En comptant la location d'une salle équipée de dix écrans géants et la réquisition de 146 bus pour les déplacements dans la région, les retombées économiques de ce séjour ont été estimées selon les sources à entre 13 et 20 millions d'euros. Sans oublier le shopping, activité dont sont friands les touristes chinois qui sont aussi les plus dépensiers au monde, avec en moyenne 1 500 euros par personne.

Monsieur Li a fait les choses en grand. Car 6 400 touristes débarquant en France, ça ne passe pas inaperçu. Et ce n'est surtout pas le but. Ce fut une belle opération de communication. La presse nationale et internationale a abondamment relayé les largesses de monsieur Li qui a battu un autre record, celui de la plus longue phrase humaine vue du ciel. A Nice, ses 6 400 employés, vêtus de bleu, ont envahi la fameuse Promenade des Anglais, qui à ce rythme-là pourrait un jour devenir la Promenade des Chinois. Chacun d'entre eux s'est placé sur des repères fixés au sol pour écrire : « Tiens, dream is Nice sur la Côte d'Azur », le tout sous l'œil des experts du Guiness Book. En marge de la performance, Monsieur Li s'est même offert un défilé à bord d'une jeep américaine de la dernière guerre. Jour de la commémoration du 8 mai 1945, le milliardaire saluait la foule.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.