France

Quel avenir pour Areva et pour la filière nucléaire en France ?

Reuters/路透社
Texte par : Agnieszka Kumor
4 mn

L'intersyndicale d’Areva appelle à une grève pour la sauvegarde de l'emploi. Le groupe nucléaire accuse une perte record de près de 5 milliards d'euros et a lancé un programme d'économies d'un milliard d'euros sur deux ans. Qu'en est-il de ce plan et que signifie-t-il pour cette entreprise et pour ses salariés ?

Publicité

Le redressement d'Areva passe notamment par des suppressions d'emplois. La direction a fait savoir qu’il s’agissait de 6000 postes dans le monde, dont 3 à 4000 en France. Elle compte sur les départs anticipés à la retraite et les départs volontaires. Une mesure qui laisse les syndicats dubitatifs. Selon Jean-Pierre Bachemann, coordinateur syndical CFDT chez Areva, même un plan de sauvegarde de l’emploi avec des licenciements collectifs ne suffira pas à résoudre les besoins de financement de l'entreprise qui sont énormes : « Le groupe était prospère pendant beaucoup d’années, il a fourni 3 milliards d’euros de dividendes à l’Etat et 9 milliards d’euros de bénéfices. Les salariés ne comprennent pas pourquoi la stratégie et les décisions successives qui ont été prises pour Areva, n’ont pas été les bonnes. Ils sont assez amers. Et l’amertume est aussi parfois mobilisatrice ».

Areva licencie déjà au Niger

A l'étranger, les réductions de postes ont déjà commencé, notamment sur le site d'Imouraren, au Niger. Sur 225 salariés de cette filiale d'Areva reste une quarantaine de personnes affectées au gardiennage du chantier. Mais au-delà de ces suppressions de postes, ce sont 1500 sous-traitants qui sont affectés, estime Ali Idrissa, coordinateur du Réseau des organisations pour la transparence et l'analyse budgétaire (Rotab). Il rappelle que deux mines d'uranium, Cominak et Somaïr, tombent déjà sous le coup de cette restructuration d’Areva. Selon Ali Idrissa, en procédant de la sorte « le géant français de l’atome se montre ingrat vis-à-vis du peuple nigérien, qui depuis 1971 lui a donné de la matière première. Areva a fait énormément de réserves sur l’uranium nigérien. Et tout ce qu’elle trouve aujourd’hui c’est qu’elle réduit ses activités au Niger. » Et au coordinateur du Rotab de conclure : « Le gouvernement nigérien doit prendre ses responsabilités et cesser d’être faible vis-à-vis d’Areva, pour que cette entreprise respecte ses engagements contractuels».

La filière nucléaire réorganisée ?

Parallèlement, l'Etat veut réorganiser la filière nucléaire en France. Plusieurs scénarios sont à l'étude. L'électricien public EDF offre 2 milliards d’euros pour les réacteurs d'Areva. Une division qui emploie 15 000 personnes, soit plus du tiers des effectifs du groupe. De son côté, Engie, ex-GDF-Suez, serait intéressé par une prise de participation dans Areva pour créer un grand groupe international de services de maintenance des centrales à l'étranger. Si le rapprochement avec EDF est acté, Areva deviendrait son simple fournisseur, estime Eric Bonnel, directeur associé du groupe de conseil Square. Il est très critique là-dessus : « EDF tuerait littéralement une activité existante chez Areva, et l’empêcherait de se développer. Cela pourrait signifier la disparition du cœur de métiers d’Areva. Et in fine, la disparition d’Areva. » Un second scénario paraît beaucoup plus profitable à Areva : « Ce serait qu’Areva puisse se développer sur le marché du service nucléaire. Un marché qui va être extrêmement important entre prolongation de la durée de vie des centrales, démantèlement des centrales et nouveaux réacteurs. On parle d’un marché de plusieurs dizaines de milliards d’euros tous les ans. Donc, Areva pourrait se développer sur ce marché avec des partenaires forts comme la société Engie, des partenaires chinois, voire japonais », conclut Eric Bonnel.

Une fois décidée cette réorientation de filière nucléaire et, donc, la réorganisation d'Areva, l'Etat -qui détient 87% du groupe nucléaire- devra sortir son chéquier pour renflouer l’entreprise. On estime les besoins de financement d’Areva à 7 milliards d'euros.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail