Economie / France

Bouygues Telecom dit non à la proposition de rachat de Numericable-SFR

Les 10 milliards d'euros posés sur la table par le groupe Numericable-SFR n'ont pas suffi à faire flancher Bouygues Telecom.
Les 10 milliards d'euros posés sur la table par le groupe Numericable-SFR n'ont pas suffi à faire flancher Bouygues Telecom. REUTERS/Christian Hartmann
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'opérateur français de téléphonie Bouygues Telecom ne sera pas vendu à son concurrent Numericable-SFR. L'offre d'achat avait déclenché une certaine fébrilité dans le secteur français des télécommunications. Elle a été refusée mardi à l'unanimité et assez sèchement par le conseil d'administration de Bouygues.

Publicité

C’est un « non » et c’est même un « non » particulièrement ferme aux 10 milliards d’euros que le milliardaire franco-israélien Patrick Drahi avait réussi à rassembler en un temps record auprès des marchés financiers.

Non à la recomposition du secteur de la téléphonie mobile qui serait revenu de quatre à trois opérateurs. Non au risque que cela signifiait en termes de concurrence puisqu’il aurait fallu pour cela que certaines parties de Bouygues Telecom soient cédées aux autres géants du secteur, Free et Orange.

Non aussi au risque de contrarier l’Etat, pas franchement emballé par l’idée et par les risques inhérents à une telle opération en termes d’emploi et d’investissement futur, quand il faut développer les infrastructures et les réseaux nouvelle génération. Le communiqué de Bouygues, groupe qui vit largement de la commande publique, fait d’ailleurs clairement référence à ces préoccupations exprimées par plusieurs membres du gouvernement.

Non enfin à la sortie de secteur auquel Martin Bouygues croit manifestement toujours. En un an, depuis la proposition de Free, les offres sont passées du simple au double, et après une restructuration express, Bouygues Telecom devrait à nouveau rapporter à son propriétaire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail