France

Médias: après Libération et L'Express, Patrick Drahi rachète BFM

Patrick Drahi à l'Ecole polytechnique en juin 2015.
Patrick Drahi à l'Ecole polytechnique en juin 2015. Wikipedia

Patrick Drahi veut poursuivre l'expansion de son empire médiatique. Le magnat franco-israélien, à la tête du groupe Altice, a annoncé lundi 27 juillet, un partenariat avec Alain Weil, patron de NextRadioTV pour racheter ce groupe audiovisuel qui est l'un des derniers indépendants du secteur dans l'Hexagone.

Publicité

L'appétit de Patrick Drahi est grand. Celui qui a déjà racheté le quotidien Libération en juin 2014, et l'hebdomadaire L'Express en février 2015, ne compte pas en rester là. Il vient de faire savoir, via un communiqué qu'il s'associait au patron du groupe NextRadioTV, Alain Weill, pour lancer une offre de rachat d'un montant de 595 millions d'euros environ sur l'ensemble des titres de NextRadioTV. Alain Weill conservera la majorité du capital, avec 51% des parts. Les 49 % revenant à Altice Content, une filiale créée à cet effet.

Les médias français aux mains des industriels

Le groupe NextRadioTV comprend BFM TV, la radio BFM et RMC. Jusque-là très attachée à son indépendance dans un paysage audiovisuel français désormais aux mains de grands industriels [ TF1 détenu par Bouygues, Le Monde par le trio Niel-Pigasse-Bergé, ou encore Canal+ par Vincent Bolloré], l'entreprise sera rachetée en totalité par Altice d'ici mars 2019.

Après Libération, L'Express, une douzaine d'autres magazines, l'hebdomadaire Stratégies, Patrick Drahi qui détient aussi la chaîne israélienne d'information en continu i24news, poursuit donc son expansion dans le secteur. Et ses méthodes financières basées sur l'endettement des sociétés achetées, ensuite introduites en Bourse, lui valent toujours autant de critiques.

Un empire fondé dans le domaine des télécoms

A 51 ans, Patrick Drahi, polytechnicien expert de la finance, est aujourd'hui à la tête d’un empire. Présent en France, aux Etats-Unis, au Portugal, au Benelux, en Israël et en Afrique de l’Est, son pouvoir s'étendait essentiellement dans le domaine des télécoms. Depuis 18 mois il a racheté SFR, Portugal Telecom et l'Américain Suddenlink, mais avait toutefois échoué à mettre la main sur Bouygues Télécom.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail